Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Ô faute bienheureuse

10 Avril 2021, 22:31pm

Publié par Grégoire.

Ô faute bienheureuse

« Ô nécessaire péché d’Adam, Ô bienheureuse faute qui nous a valu un tel sauveur ! » Exusltet Vigile Pascale.

Voilà la grande annonce de Pâques, la miséricorde que nous célébrons aujourd’hui. La faute d’Adam, ce péché originel dont nous portons tous les conséquences, qui fait de nous tous des enfants prodigues et bien cette faute et nos fautes sont sources du magnificat chrétien.

« Ô faute bienheureuse »  Pourquoi ? Parce que cette faute, nos péchés, notre orgueil, nos jalousies, nos haines, ont permis à Dieu de se révéler et de se donner encore plus à nous. Nos fautes nous permettent de connaitre de l’intérieur le coeur du Père : son amour est un abîme, sa miséricorde est sans limite !

Dieu répond à nos fautes, non pas simplement en nous pardonnant, en effaçant nos dettes, ni en nous rétablissant dans l’Alliance première. Dieu use de tout le mal pour se donner de façon telle qu’on est participant de sa divinité.

Nous avons reçu une existence humaine. On l’a saccagée et Dieu se sert de cela pour nous unir à Lui : nous recevons Dieu lui-même, gratuitement. On a massacré notre existence créé, en réponse, nous recevons l’Incréé ! Dieu se donne à nous de façon telle qu’il nous communique sa propre dignité. Par la faute d’Adam, notre nature blessée permet à Dieu de s’introduire en nous, de s’unir à nous, immédiatement. « O bienheureuse faute ! »

Avez-vous découvert cela ? Avez-vous au cœur cette joie, qui fait que, devant vos fautes, vos pauvretés, vous savez que Jésus les a portées, porte tout à votre place et s’en sert ? La miséricorde c’est vivre de la victoire actuelle de Jésus en nous !

C’est capital. On ne peut pas rester spectateurs ! Souvent, le grand obstacle, ce ne sont pas nos fautes, mais le fait de les porter seul, de croire qu’on est parfait par ce qu’on fait, ou croire que l’on doit accomplir la Loi, des règles pour vivre de Lui !

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu » Mais qui croient en quoi ? En son amour tellement victorieux qu’il a tout assumé ! Croire que Jésus est en moi sans voir de résultats apparent; croire malgré les apparences extérieures : on n’a pas l’air de saints, mais on l’est, aujourd’hui, par Lui: par ce que Lui à fait, avec Lui : c’est sa sainteté et en Lui : car nous sommes actuellement en Jésus !

La miséricorde n’est pas un petit pardon, de loin, une purification de Dieu, non. La miséricorde, c’est la personne de Jésus qui s’est unit à moi définitivement (JPII). Et l’Eucharistie, c’est pour réentendre son don, s’approprier ce qui est déjà là : Lui. Jésus est La Résurrection : il est présent à tout l’univers, partout on respire du Jésus. 

C’est La Victoire de l’amour divin, sans coopération humaine, sans nous demander notre avis, victoire sur toutes nos morts, nos fautes, nos échecs.

Jésus s’est uni à nous, Il s’est abaissé jusqu’à se faire notre esclave, notre aliment, pour que nous arrêtions de rechercher notre perfection je ne sais où. La perfection qui lui plait, c’est de choisir de dépendre totalement de lui. Il se donne totalement pour que nous arrêtions de nous inquiéter de nous-mêmes, pour que nous arrêtions de nous regarder, de nous comparer, d’écraser les autres par nos petites perfections. Et il a tellement épousé nos morts, nos échecs et nos fautes, qu’il leur donne un sens, une fécondité divine : « Mets tes doigts dans mon coté, et à la marque des clous »

L’orgueil absolu qui a été vaincu c’est l’orgueil religieux, celui du fils ainé, du pharisien, de ceux qui croient savoir, de ceux qui jugent, critiquent, de ceux qui refusent de rester des mendiants, d’être dépositaires d’un mystère qui les dépasse.  

La résurrection, cette victoire de Jésus doit nous libérer de ces maladies : la bonne conscience de nous-même, nos satisfactions d’être autonome et toutes nos suffisances. 

Comment on en vit ? Jésus exige de nous qu'on ait comme première lumière dans notre vie l'amour et la miséricorde. C’est en aimant que l’on connait de plus en plus l’amour de Jésus pour nous.

La vie chrétienne, c’est le primat de la charité, de l’amour, du pardon et de la miséricorde sur la justice. La miséricorde, c’est la fête si généreuse que le Père organise pour son fils prodigue. Le Père regarde les personnes et se sert de leur accident pour les aimer plus; parce que seul l’amour guérit, seul le pardon soigne, seule une miséricorde excessive sauve de l’orgueil !

La miséricorde c’est un amour injuste, aveugle, inégal, excessif, de trop, qui réclame de se donner, jusqu’au bout, d’être répandu en pure perte pour l’autre, de prendre sur soi les misères de l’autre comme si c’était les siennes et d’aimer, aimer, aimer !

Comme dit Ste Thérèse de l’enfant Jésus « Ce qui plait au bon Dieu dans ma petite âme, c’est de me voir aimer la petitesse et ma pauvreté, c’est l’espérance aveugle en sa miséricorde ».

« Dieu est amour » il ne peut se révéler autrement que comme miséricorde infinie (JPII). La conversion consiste toujours dans la découverte de sa miséricorde, c'est-à-dire de croire à son amour pour nous. « Heureux ceux qui croient sans avoir vu … mais en quoi ? Mais, en son amour pour moi ! » Et son amour se donne à toucher dans nous qui sommes ses blessures sanctifiés, divinisées.

Heureux ceux qui pourront toucher Jésus en nous, en continuant réellement, tangiblement son don, sa présence personnelle. Dans des gestes, un don réel, tangible, sensible. C'est la béatitude de la charité fraternelle que Jésus proclame ! Les apôtres ont voulu témoigner par la parole. « si, si on l'a vu » Mais on ne témoigne du Ressuscité qu'en se donnant corporellement. Avec notre corps surtout. 

Quand quelqu'un que l'on aime meurt, on sait qu'il est là, qu'il vit, qu'il nous voit. Mais c'est sa présence physique qui nous manque, son sourire, son regard, ce qui fait que c'est lui. C'est là que doit être témoigner l'amour personnel de Jésus pour chacun, dans cette charité fraternelle vécue, sensible, simple, signe et présence réelle de l'amour actuel de Jésus.

Nos vies, notre monde sera plus humain seulement si, nous désirons aimer toujours plus. Et si donc le pardon est premier, absolu, sans limites. Peu importe la réponse de ceux à qui on pardonne. Jésus répond toujours à nos actes d’amours. Le pardon rend Dieu présent dans le monde (JPII).

Dieu qui est riche en miséricorde veut que nous soyons extrêmement riche en miséricorde, en pardon, en amour (JPII). C’est ça ce que Jésus nous dit : « comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » Nous avons la place de Jésus sur la terre. Chacun. N’ayons pas peur d’aimer ! Aimons totalement, excessivement ! Au ciel il sera trop tard ! 

«Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement, excessivement » Aimez ! Cela seul manifeste et rend présent Jésus, Jésus victorieux.

Grégoire +

Commenter cet article