Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Né du souffle de l’Esprit

13 Avril 2021, 15:39pm

Publié par Grégoire.

Né du souffle de l’Esprit

« Ainsi en est de quiconque qui est né du souffle de l’Esprit » Jn 3, 8

C’est après les signes de Cana et de la purification du temple que Nicodème vient voir Jésus. C’est là que « l’Esprit souffle où il veut, comme il veut » dans l’amitié, vécue à Cana dans un mariage et dans l’adoration du Père. 

L’amitié nous donne le sens d’un autre qui est là pour moi. Cette rencontre de l’autre dans sa personne, dans une amitié, a autant de visage, de forme que de personnes humaines. Mais la rencontre amicale est l’expérience qui fait que mon existence n’est plus anonyme : lorsque la présence d’un autre nous touche, et que c’est un peu réciproque, alors notre vie prend une nouvelle couleur: on n’est plus spectateur. 

Même l’adoration devient ma rencontre avec Celui qui me porte et m’attend. Grâce à l’amitié, l’adoration n’est plus lointaine, anonyme et empreinte d’imaginaire. Elle est alors ma rencontre avec mon Père

Si l’adoration a besoin de l’amitié pour acquérir une dimension personnelle, l’amitié a besoin d’être ouverte à Dieu pour ne pas s’enfermer sur elle-même et ronronner dans le vide, puisqu’elle ne peut s’achever en elle-même: chacun de nous sommes faits pour Dieu ! Seul lui peut combler notre cœur. 

Cana et le temple sont donc les deux grands lieux où l’Esprit souffle : dans l’amitié, il nous pousse à prendre des initiatives ça nous est remis. Au temple, face au Père, il réclame une plus grande passivité, accepter d’être taillé dans notre lien au Père. Mais ces deux repos humains sont nécessaires et complémentaires pour notre vie humaine : cette capacité à aimer un autre et trouver ce repos en touchant ce premier instant où mon Père me fait être en Lui.

La résurrection, fruit de la croix, est le terme de notre recréation, où nous sommes divinisés. C’est une nouvelle création, une initiative du Père qui nous faits fils dans le Fils. 

Et cet engendrement nouveau passe par un nouveau lien personnel : celui de Marie et Jean, donnés l’un à l’autre alors qu’il sont vulnérables au plus haut point, vivant l’état du crucifié. Et cette nouvelle adoration, celle du Fils à la Croix qui se sert de l’orgueil religieux, celui des grands prêtres, des pharisiens pour vivre son offrande au Père et à chacun. 

Vivre de la Résurrection, c’est recevoir de l’Esprit cette nouvelle forme d’amour fraternel, celle voulue et établie par Jésus, et accepter ce dépouillement que réalise la Croix, qui n’est plus une pauvreté humaine, ni un sacrifice choisi, mais être fait agneau par toutes les jalousies, trahisons et mesquineries de ceux qui vénèrent leur règles, leurs principes et leur liturgie trop humaines.

C’est cela entendre la voix de l’Esprit et vivre en Fils : recevoir de Lui ces liens nouveaux qui ne sont plus notre choix. Et nous laisser dépouiller de tout ce qui était nos joies religieuses, pour être fait Agneau.

Cela n’est vivable que parce que nous sommes déjà dans le Fils et que ce qu’il nous fait vivre nous fait connaitre de l’intérieur  le coeur du Père. Dieu est cet état d’offrande absolument personnel, incommunicable autrement que dans un lien unique ou l’autre devient mon lieu, ma vie.

Grégoire +

Commenter cet article