Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Je suis le pain du Père

22 Avril 2021, 16:30pm

Publié par Grégoire.

Je suis le pain du Père

« Moi, je suis le pain du Père, le pain du ciel » Jean 6, 48.

C’est complètement normal que les juifs ne comprennent absolument rien à ce que Jésus dit : Jésus leur parle un langage d’amour et d’amour divin. Il est Celui dont le Père se nourrit. Et seul celui qui est attiré par le Père dans sa bonté, dans sa lumière, peut venir à Jésus pour se nourrir de Lui. 

Le don de Jésus nous rend immédiatement participant de la vie divine, et Jésus nous dévoile là ce qu’elle est. Il nous dit « voilà ce que je fais de vous : comme moi-même je suis le Pain du Père, je vous fais devenir son pain. Son lieu de repos, sa joie. Et de même, vous, en vous nourrissant de moi, vous devenez comme le Père… »

Être attiré par le Père, c’est toucher dans la foi que le Père se donne à nous, on en est absolument certain, et qu’il se donne tellement qu’il veut qu’on ait sa place: le Père est en effet Celui qui se nourrit de son Fils, et pour se nourrir en vérité de Jésus, il faut être dans le Père, avec le Père, être pris par Lui. 

Seul les pauvres, radicalement peuvent entrer dans cet amour : celui qui compte encore sur lui-même, sur ce qu’il comprend, Celui qui fait carrière, qui a un rôle ou une place à tenir, des projets… celui là n’est pas radicalement attente. Il ne connait donc pas le Père qui nous met au désert, nous taille, met en lumière nos pauvretés, pour qu’on ne regarde plus que Lui, qu’on attende tout de Lui. 

Le Père n’est Père pour nous que lorsqu’on attend tout de Lui. C’est bien pour cela que Jésus fait référence à l’épisode du désert : « vos Pères au désert on mangé » pour nous dire : « votre monde est un désert pire que celui de vos pères, puisque c’est un monde d’ou est absent la bonté du Père, sa tendresse. Votre monde est sec, violent, rempli de bruit… et je viens, envoyé par le Père, être la bonté du Père pour vous. »

Nous sommes actuellement tous au désert, comme coupé de notre source de vie : notre Père. La Croix a manifesté, a dévoilé dans quel état est la personne humaine sur la terre : « ecce homo : voici l’état de l’homme sans artifice, voilà dans quel état vous êtes sans vos masques et vos protections »

Et le Père qui nous demande  d’accepter d’être au désert, de n’être plus que comme la chair qui pâtit, sans eau, d’accepter de vivre la passivité de la matière pour être fait pain du Père. 

L’eucharistie creuse en nous cette soif, nous met au désert, nous fait devenir le désert du Père, nous plonge dans son silence, nous fait devenir don, attente, et nous blesse car elle nous fait vivre d’un don sans le repos qu’annonce ce don.

Notre vie divine est l’oeuvre du Père et du Fils. Pas la nôtre. Et la grandeur de la foi, c’est d’accepter d’être conduit sans comprendre, d’être absolument certain de la conduite du Père qui vient me dire : « tu es mon Pain, mon repos, ma joie », que chacun puissions dire « je suis fait Pain de vie, Pain du Père » 

Grégoire +

Commenter cet article