Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Je suis La Résurrection

6 Avril 2021, 16:02pm

Publié par Grégoire.

Je suis La Résurrection

« Femme pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Jn 20, 15

C’est seulement Jésus qui peut nous faire entrer dans son mystère personnel de Celui qui est La Résurrection.

Marie-Madeleine pleure près du tombeau. Elle pleure, parce «qu’on a enlevé son Seigneur et elle ne sait pas où il a été mis». Elle veut retrouver le cadavre de Jésus. Elle est encore dans son passé et elle voudrait que la réalité présente corresponde à ses souvenirs. Elle voudrait continuer son histoire. 

Jésus n’est jamais dans nos souvenirs, ni dans le passé. Le passé n’est plus. Et vivre de Celui qui est La résurrection, c’est accepter d’être conduit dans complètement autre chose, chaque jour. Et c’est Jésus qui vient la réveiller, la faire sortir de son vécu intérieur, en la faisant entrer dans un nouveau lien avec Lui : « Marie ». C’est très concret, parce que c’est complètement personnel. La Résurrection c’est une nouvelle présence de Jésus, puisque c’est Jésus qui nous porte de l’intérieur. Il n’y a plus aucune extériorité avec Lui. Il n’y a plus d’intérieur, ni d’extérieur, ni temps, ni souvenirs avec Celui qui est La Résurrection.

« Ne me retiens pas » Vouloir s’accrocher et tenir Jésus c’est refuser d’entrer dans quelque chose où on ne peut rien tenir, où on ne peut rien posséder. Vivre de Jésus qui est La Résurrection, c’est déjà vivre de la vie éternelle sur terre, cet instant qui demeure éternellement. C’est laisser la victoire de Jésus s’emparer de tout ce qu’on vit, naitre à ce qui n’est pas nous, qui n’est pas dans notre prolongement, et qui n’a absolument rien à voir avec tout ce qu’on peut connaitre, faire, mesurer, calculer.

Jésus la Résurrection, c’est Celui qui nous met, avec Lui, face au Père : « va trouver mes frères et dis leur, je vais vers le Père et votre Père »

C’est ça le salut : je suis dedans Celui qui ne me quitte plus. Et tout dans ma vie, je le vis avec Lui, même mes chutes, surtout mes chutes, pour en faire un lieu spécial où je suis mis face au Père, pris par l’attraction de Celui qui est ma source actuelle.

Et c’est en étant apôtre des apôtres « va dire à mes frères » que Marie Madeleine entre dans ce retour du Fils vers le Père, où elle est prise par cet amour-premier qu’est le Père.

Or, dans un monde où on passe son temps à caresser nos souvenirs, à multiplier nos assurances et protections en tout genre, et où il n‘y a plus aucun secret, où tout doit être montré, dit, affiché, diffusé, c’est comme si tout était fait pour qu’on ne vive pas de Celui est la Vie éternelle, La Résurrection.

C’est bien un mystère de présence pure, donc actuelle, la présence de Celui qui porte le tout de ma personne. C’est un amour tel qu'il réclame de bruler tout le passé, qui ne peut-être vécu que dans l’instant présent, sans aucun regret ni jugement sur le passé. Parce qu’étant La Résurrection, Il est l’instant présent, Il est le temps éternel, Il est le lieu dans lequel je suis, Il est la signification de tout ce que je vis.

Seul les pauvres de cœur -sans assurance, sans même la possibilité d'un regard réflexif tellement ils sont rien, et ceux qui sont assoiffés d’amour -en attente d’une présence absolu, secrète, personnelle, qui peuvent s’y laisser introduire. 

Grégoire +

Commenter cet article