Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Ceux que me donne le Père

21 Avril 2021, 16:21pm

Publié par Grégoire.

Ceux que me donne le Père

« Tout ceux que me donne le Père viendront à moi, et celui qui vient à moi, je ne le remettrais pas » Jean 6, 37.

C’est très fort : on peut voir Jésus, être en sa présence, mais ne pas le recevoir, ne pas aller à Lui. Pourquoi ? Parce que seul le Père peut nous donner à Jésus, nous faire aller à Lui, nous faire croire en Lui, nous nourrir de Lui. 

Et quand le Père nous a donné à Jésus, le Père veut que Jésus ne perde rien de ceux qu’il Lui a donné.

Pour être conduit par le Père à Jésus, c’est entrer dans cette nouvelle filiation, être à nouveau engendré, naitre à nouveau comme dit Jésus à Nicodème, ou comme Jésus dit à la samaritaine : « adorer en Esprit et en vérité » c’est à dire se recevoir à nouveau du Père. 

Adorer c’est le geste propre de la créature envers Dieu, qui reçoit de Lui actuellement son existence, sa vie, sa croissance, son être; C’est dire : « Par toi, je suis; parce que tu me veux maintenant, j’existe; de toi je me reçois dans mon existence » et c’est vivre ce don de notre existence qui est actuel en Dieu. C’est se recevoir de Lui, comme quelque chose de Lui, même si nous ne sommes pas Lui : nous, nous avons commencé a exister, alors que Lui, depuis toujours IL EST.

Et, l’adoration en Esprit et Vérité, c’est se recevoir à nouveau du Père, en acceptant ce chemin qu’il a voulu pour nous, que par nos pauvretés, par nos péchés et nos misères, il s’en serve pour nous faire connaitre et vivre sa vie personnelle. C’est vivre en nouveau-né du Père, puisque nous sommes immergés en Lui, notre vie est une participation à sa vie : on est greffé sur Lui, on est par Lui, avec Lui, en Lui. C’est accepter d’être conduit dans toute notre vie.

On pourrait dire un peu grossièrement que naturellement on dépendait de Dieu dans notre être mais qu’on était autonome dans notre vie. Dans la nouvelle alliance, on accepte d’être conduit comme des enfants, à travers un chemin qu’on ne comprend pas, parce qu’on est actuellement engendré fils du Père. 

Être conduit à Jésus, c’est renaitre dans le fils; être fils dans le fils : c’est donc entrer dans une dépendance radicale, choisir de ne plus rien faire sans Lui; comme Jésus le dit : « sans moi vous ne pouvez rien faire » bien sûr on peut faire à manger, construire des maisons, des avions, mais cela, c’est vivre selon la nature si c’est par-nous-même ! Et le désir de faire de Jésus leur roi politique est un exemple parfait de l’attente d’un salut humain, d’une reprise de notre nature. 

Etre fils, c’est accepter que notre nature est morte, elle tombe en poussière, et donc ne pas d’abord chercher à la sauver, ne pas chercher une perfection humaine, mais entrer dans cette docilité filiale, celle d’un tout petit, d’un nouveau-né qui n’a plus d’autonomie, qui presque, ne sais plus rien faire par lui-même. Pour être donné par le Père à Jésus, comme enfants de Jésus et du Père.

C’est la petite voie de Thérèse, qui voyant sa faiblesse, ne pouvant monter une marche, attend que Jésus lui-même vienne la chercher, la prenne elle la brebis perdue, blessé, elle qui l’attend les mains vides.

Grégoire +

Commenter cet article