Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Épouser ses blessures

30 Mars 2021, 14:19pm

Publié par Grégoire.

Épouser ses blessures

« Maintenant le fils de l’homme est glorifié » Jean 13, 31

Jésus est glorifié, après le départ de Judas et surtout lorsque Jean touche et se désigne comme « le disciple que Jésus aimait » Qu’est-ce que cela veut dire ?

C'est le cœur de la révélation : Dieu nous aime. Mais l’amour réclame de se manifester, de s'expérimenter, de pouvoir aller jusqu’au bout. Et Jean touche à ce moment précis ce que l'amour de Jésus à d’unique, sa préférence pour lui. C’est un amour qui fait qu'on est premier pour Jésus. Et Jésus est glorifié car il a pu communiquer ce secret.

Et c’est la lutte qui permet cela, lorsque Jésus annonce qu’il y a un traitre; Pierre veut savoir qui est-ce, mais comme il vient de se faire bâcher à propos du lavement des pieds –les revendications liturgique ne date pas d’hier– Pierre passe par Jean. Et Jean s’allonge sur la poitrine de Jésus pour mendier à Jésus celui qui le blesse; et Jean comprend à la manière dont Jésus répond qu'il ne doit pas le dire à Pierre. Pierre ne pourrait pas le porter.

Judas se dévoile là : il attend un salut politique, liturgique, hiérarchique; il ne comprend pas qu’aimer implique nécessairement de dépasser les lois, les normes pour être relatif aux personnes. Chacun est un absolu pour Jésus : Jésus regarde chacun et non le « tout ». Jésus perd donc son temps avec chacun, il ne gère pas une communauté dans son ensemble, mais chaque personne en particulier. Ce don total pour chaque personne fait que Judas compare, juge, critique : c'est trop d'amour, c'est insupportable ! Et, sa prétention à croire qu'il sait mieux, fait qu’il trahit !

Jean est ainsi le premier à connaitre la blessure de la trahison de Jésus, et c’est là qu’il dit qu’il est le disciple que Jésus aime. On ne peut découvrir cette préférence de Jésus sur nous, que lorsque on est blessé de ce qui blesse Jésus

Parce que Jésus est Le Fils bien-aimé du Père, le préféré, c’est ce qu’il y a de plus secret en sa personne, c’est cela ce qu’il nous donne: ce qu’il est c’est pour nous de façon unique.

Pour nous, c’est difficile de vivre d’une préférence, c’est même éprouvant. Les ouvriers de la 11e heure ont un salaire préférentiel, et ça éprouve ceux qui ont trimé toute la journée. La préférence c’est un amour qui est comme injuste parce que sans raison: celui qui aime n’a pas à rendre compte de son amour !

Il faut être blessé avec Jésus et entendre comment il porte Judas en lui montrant qu’il sait et qu’il ne le condamne pas « ce que tu fais, fais le vite ». C’est curieux, il ne lui dit pas de ne pas le faire. Pourquoi ? Parce que Jésus, lui, ne change pas, son amour pour nous est toujours le même. Il ne nous aime pas pour ce que l’on fait, c'est son amour qui nous fait être quelqu'un pour Lui.

Jean touche jusqu’où va cet amour, en touchant trois vulnérabilités du coeur de Jésus. Jésus est vulnérable à notre manière d’écouter: est-ce qu’on permet à Jésus d’aller jusqu’au bout de ce qu’il veut donner sans rajouter notre petite opinion ?

Est-on pris par Jésus qui se livre à moi de manière telle qu’on ne se regarde plus ? Et a-t-on cette simplicité qui fait que Jésus n’est pas gêné ? Peut-il être avec nous comme avec un enfant : simple, direct, sans manière ? 

Jésus ne nous regarde jamais en fonction du passé, mais comme celui qu'il enfante, maintenant. On est son fils bien aimé, son préféré.

Grégoire +

Commenter cet article