Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Comme je vous aime, aimez-vous

31 Mars 2021, 11:59am

Publié par Grégoire.

Comme je vous aime, aimez-vous

Jésus s’est fait l'Agneau du Père: Il est venu vivre son amour pour le Père, en épousant et devenant nos misères. Nos fautes lui permettent d’être dans un état de victime offerte. Si à la croix Jésus est charnellement anéanti, si sa chair est lacérée, réduite à l’état de loque, c’est pour vivre, dans notre chair, son amour éternel de Fils vers le Père. Et Jésus insiste en nous donnant sa chair à manger et son sang à boire.

Or, sa chair, son sang, c’est nous, c’est chacun de nos frères et soeurs ! C’est notre nature, notre humanité qui est sur la croix ! Je ne peux recevoir et vivre de l’offrande de Jésus sans comprendre que cette offrande passe, par l’amour inconditionnel de mon frère, de ma soeur, dans sa misère, dans sa pauvreté, dans son état de mort avancé.

N’est-ce pas cela que Jésus veut en commandant à Marie et Jean: « Voici ton fils ! Voici ta mère ! » Ce don de Marie à Jean, c’est la nouvelle alliance : « Voici mon commandement, le mien, comme je vous aime, aimez-vous les uns les autres. c’est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres que l’on vous reconnaitra pour mes disciples » 

Jésus nous demande d’aimer notre prochain, celui qui nous trahis, celui qui est notre ennemi, l’aimer comme Jésus l’aime. Pas moins. Avant cela on est pas chrétien.

Jésus est intransigeant sur l’amour du prochain : il est venu pour cela, pour chercher ceux qui étaient perdus, se faire responsable de chacun et pardonner de manière excessive !

L’amour du prochain, c’est LA Loi nouvelle : « moi je vous dis: aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous persécutent ». Jésus peut exiger cela parce qu’il se fait Agneau pour nous : « Si moi le maître et Seigneur je vous ai lavé les pieds, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres »

La justice des pharisiens, c’est de réclamer son droit, vouloir faire payer l’autre, se faire mesure. Et Judas, c’est l’homme religieux, satisfait de lui-même, qui refuse cet amour excessif. La trahison de Judas c’est sa mauvaise humeur et sa tristesse dont il ne sort pas, car il s’est enfermé dans son projet. Il est seul avec lui-même, et avec son idée de ce qui lui semble bien. L’arrogance de nos satisfactions de nous-mêmes. C’est ça l’enfer : être enfermé en soi, et se fermer à Celui qui veut nous faire sortir de nous-même. 

Le lavement des pieds montre comment le pardon réclame de courir au devant de son frère, de sa soeur, de multiplier les initiatives d’amour pour faire craquer le coeur de l’autre enfermé en lui-même, pour s’emparer de sa faute et de se faire responsable comme si c’était nous qui l’avions commise. Par-donner : se donner encore et encore, par-dessus malgré les fautes et les injustices ! 

Pour cela il faut mendier de toucher que Jésus se fait responsable de moi devant le Père, Agneau pour moi. Aimer jusque’à la fin, c’est d’abord un désir d’aimer, le désir de porter les misères de nos frères et sœurs comme si c’était les nôtres. C’est cela le cœur de Jésus, le coeur du Père. C'est cela qu'il veut pour nous : Agneau de nos frères.

Grégoire +

 

Commenter cet article