Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

" Ceux qui me voient ricanent " Ps 21

27 Mars 2021, 21:18pm

Publié par Grégoire.

" Ceux qui me voient ricanent " Ps 21

Toute la semaine sainte c’est pour suivre et vivre avec Jésus sa Passion. Le chemin de la croix est là pour éclairer toute notre vie. C’est là qu’il nous aime ultimement, jusqu'à la fin. Voici la semaine des noces de l’Agneau. Comment ?

D’abord, la Croix, ça ne parle pas à notre sensibilité humaine : c’est tellement violent, c’est tellement scandaleux pour notre intelligence: humainement c’est insupportable et on n’est pas fait pour souffrir. Ce doit être l’occasion de réapprendre qu’on ne possède pas notre foi. On vit d’une initiative, toujours actuelle, de Dieu qui vient pour chacun de nous. On en est certain, mais on n’en a aucune évidence: parce que sa manière de venir est juste incompréhensible. 

La semaine sainte c’est donc d’abord pour réapprendre à nous taire: on s’accroche à Jésus, mais humainement c’est impossible de le suivre. Notre sauveur est le crucifié, un condamné public : ce n’est pas attirant humainement.

Pour notre sensibilité, pour notre cœur humain, c’est terrible, parce que la croix c’est la destruction totale. Celui qui avait dit: « Je suis la lumière du monde » il est réduit au silence. Lui qui a toujours été victorieux, meurt. Ça c’est un mur pour notre intelligence. Il apparaît comme celui qui est vaincu. Et le mal semble triompher: c’est quoi ce salut ?

« Descends de la croix et nous croirons en toi ». Jésus, qui pouvait descendre de la croix, n’en descend pas. Certains devaient avoir soif que Jésus se manifeste « Manifeste-toi, tu le peux, descend ». Et Marie, Jean, Marie-Madeleine acceptent ce silence, ils acceptent ce chemin sans comprendre. Ils sont pourtant terrassés par la Croix où Jésus tait sa toute-puissance divine.

Jésus accepte d’être comme anéanti aux yeux de tous. Tout ce qu’il avait fait de positif pendant sa vie est réduit à rien. Tout est labouré par la mort. Pourquoi ne descend-il pas de la croix ? C’eut été tellement plus facile. Il aurait ainsi prouvé aux yeux de tous qui il était.

Descendre de la Croix, c’eût été rétablir la justice originelle, supprimer toutes les conséquences de nos fautes, cela aurait été un retour en arrière. Or, Dieu ne revient jamais en arrière. Il n’y a pas de rétablissement du paradis terrestre, de l’ancienne alliance ou de la justice originelle. Toutes nos pauvretés, toutes nos erreurs, tout le mal, il l’assume. Et, il les permets pour se donner encore davantage à nous, nous aimer encore plus, nous unir encore plus à Lui. 

A la Croix, la toute-puissance de Dieu s’efface pour nous livrer sa vulnérabilité, l’extrême amour qu’il a pour nous, dans son corps offert, dans sa chair martyrisée, dans son sang répandu.

La première alliance, celle de la création, était une alliance dans l’amitié, celle de l’homme et de la femme, source l’un pour l’autre du mystère de Dieu en s’aimant et en participant à sa fécondité.

La deuxième alliance, celle de l’ancien testament, Dieu nous parle longuement pour nous conduire à l’attendre à travers des intermédiaires, une loi, une liturgie.

La troisième alliance, c’est Dieu lui-même, qui, en Jésus, vient s’unir immédiatement à chacun, dans notre chair, dans notre sang, se donner à manger, descendre dans toutes nos luttes, dans toutes nos souffrances, dans toutes nos morts.

Il ne s’agit plus d’abord de réfléchir ou de faire quelque chose, mais d’accepter d’être épousé dans notre corps, de nous livrer à ce chemin de petitesse, de dépouillement de nos forces, laisser Jésus nous porter de l’intérieur : nos luttes, nos souffrances, nos fautes ne nous appartiennent plus. C’est là qu’Il nous épouse.

Jésus crucifié, c’est Jésus qui vient, là, dans nos violences, dans nos luttes, dans nos misères. Quand on aime beaucoup quelqu’un, on voudrait prendre sa souffrance. Humainement c’est impossible. Divinement, Jésus descend là. Là où on est en état d’échec, de luttes, de mort.

Et Jésus vient nous demander de nous laisser aimer là. D’accepter de vivre intérieurement dans le même état d’impuissance que Lui à la croix. Être comme sans force. Jésus crucifié choisi d’être dans l’impuissance totale à faire quelque chose pour nous. Il nous sauve de notre croyance qu’on peut s’en sortir  par nous-même, en apprenant à le recevoir là, en acceptant d’être apparement inefficace, sans résultat visible, ou dans un échec cuisant.

Jésus crucifié, c’est l’amour divin qui nous crie d’aimer nos états de pauvreté ! Jésus à la croix ne proclame plus mais vit la béatitude des pauvres. Tout ce qu'il est crie: « Bienheureux les pauvres, bienheureuses vos pauvretés » parce que c’est là où on est fait amour.

On est uni à Lui dans notre chair qui pâtit, qui pleure, qui n’en peut plus; là, on est fait présence de Dieu sur terre, parce que notre Dieu est un mendiant d’amour, un pauvre, qui ne veut avoir aucun droit sur nous. Il a soif de nous. Et la croix, c’est pour nous faire vivre sa soif.

Grégoire +

Commenter cet article