Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Cet amour qui nous met dans le sein du Père

16 Mars 2021, 17:12pm

Publié par Grégoire.

Cet amour qui nous met dans le sein du Père

« A la piscine de Bethzatha était couché une foule de malades, aveugles, boiteux, impotents. Il y avait là un homme infirme depuis 38 ans. Jésus lui dit: « veux-tu guérir ? »

Jésus ne vient pas seulement nous rejoindre dans notre misère, il vient aussi chercher l’humanité en faillite totale, celle qui est sans espoir, en total délabrement intérieur, celle qui ne peut plus coopérer. C’est homme est dans un état tel qu’il n’a même plus de désir. Il est complètement replié sur lui-même. 

Et Jésus lui ordonne: « lève-toi, prend ton brancard et marche! » Jésus s'impose, et lui impose sa guérison, pour bien montrer que l’on n’est pas libre du salut. Et ça, ça nous agace particulièrement !

De même qu’Il ne nous a rien demandé lorsqu’il nous a donné d’exister, ni sur la manière, la date et où nous voulions habiter, de même, le salut, qui est lui-même, s’impose à nous ! On n’en est pas libre ! Pourquoi ? Parce qu’on est pas capable de Dieu ! Le don actuel de la personne de Jésus dépasse complètement notre conscience, notre ressenti, nos désirs et nos petites réponses !

Jésus se sert de la maladie de cet homme pour se donner entièrement à Lui et le mettre immédiatement face au Père ! Et cet homme, infirme, n’a eu qu’une conscience infime du don de Jésus. Et il faut être dans une situation limite pour comprendre cette jalousie de Dieu-Époux, qui vient nous reprendre jusque dans ces lieux où on est mort, où on est incapable de répondre ! Ce sera le signe de la résurrection de Lazare, qui, puisqu’il est mort, ne peut rien faire !

Ça doit nous guérir de toutes tentations d’identifier notre vie divine à nos réponses. Notre vie divine c’est le don de Jésus, point ! Elle est ce que Jésus fait de moi, point ! Et ma réponse, ma ferveur, c’est essayer d’ouvrir les yeux sur ce don, y être disponible, pour être un minimum poli et être présent, autant qu’un tout petit-enfant le peu, au don de son Père ! 

C’est pour cela que Le péché, c’est de se poser en mesure, réduire ce que l’on vit à ce que l’on en comprend, à ce dont on a conscience, ou à notre réponse. Tel est la réaction des pharisiens : « il ne t’est pas permis de porter ton grabat un jour de sabbat ».

C’est cela que Jésus disait à Nicodème : « la lumière est venu en ce monde » et Celui qui est la lumière c’est précisément Celui que je ne peux mesurer, calculer, posséder; c’est celui qui me sort de moi et m’agrandit. « mais les hommes ont préférés les ténèbres » les ténèbres, c'est cette préférence à se regarder, à mesurer ce que l’on fait; c’est donc un amour de soi qui cherche à être satisfait de soi, qui fait qu’on se juge, on se compare. Les ténèbres, c’est identifier notre vie à ce que l’on en fait, et donc se poser en mesure de soi et des autres ! 

Entrer dans la lumière, c’est vivre d’un don absolument gratuit, qui nous devance et qui est bien plus que la conscience que nous en avons et qui est au-delà de notre réponse.

De même qu’adorer, c’est inscrire dans sa vie cette omniprésence de Dieu qui me porte, dont je dépend actuellement dans mon être, dont je n’ai donc pas le choix; de même, entrer dans la lumière, c’est choisir de vivre d’un don qui m’excède, dont je ne ferais jamais le tour, et ne jamais réduire ce don de Jésus à ma conscience ou mon vécu : son don me fait être unique pour Lui et me met immédiatement face au Père, avec Lui !

Grégoire +

 

Commenter cet article