Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Cet amour qui blesse

23 Mars 2021, 16:57pm

Publié par Grégoire.

Cet amour qui blesse

« Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Jn 8, 21

Face au mystère de Dieu, l’intelligence humaine est naturellement dépassée; mais ce dans quoi Jésus veut nous faire entrer est absolument de trop pour nous, et encore plus si on a une intelligence rationnelle, logique, qui cherche l’harmonie, l’ordre ou une pureté formelle !

Déjà on ne peut recevoir l’évangile par nous-même, sinon on le réduit à ce qu’on en comprend, on ne peut recevoir l’eucharistie par nous-même, sinon on croit manger Jésus, alors que c’est nous qui sommes pris en Lui, alors la croix, c’est juste absolument irrationnel, incompréhensible : cette souffrance et Jésus qui donne l’impression de s’allier au mal, d’en être complice, puisqu’il se laisse faire : « Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. »

Seul Jésus peux nous faire le suivre, et nous donner d’être comme rejeté des hommes, d’être sur la Croix avec Lui, garder le silence, un silence négatif. Lui qui est le Verbe, la Parole, il garde le silence, comme celui qui ne peut se défendre. Lui, le maître de la vie apparait comme celui qui est complètement vaincu, donc comme celui qui apparemment est un menteur : il a promis des choses merveilleuses mais n’a pas tenu ses promesses. Humainement c’est incompréhensible.  

C’est vital d’entendre de Jésus que par nous-même « on ne peut pas y aller », autrement nous dirons à un moment que Jésus nous a trompés. Mais il ne nous a pas trompés, il nous a demandé de le suivre. Et suivre Jésus jusqu’au bout, c’est être avec lui le crucifié. Et il y a un endroit dans notre vie où on l’est, chacun. C’est terrible pour notre intelligence humaine, qui veut des résultats ou qui aime de rester spectateur.

Dieu a choisi la Croix. C’est invraisemblable ! Il aurait pu choisir la réussite. Il aurait pu choisir d’être celui qu’on acclame. Et on l’a acclamé. Mais cette acclamation n’a pas duré et rend la Croix encore plus terrible.

Et s’il est le crucifié, c’est pour nous révéler qu’il est Je suis, « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous saurez que moi, JE SUIS et que je ne fais rien de moi-même » Et, ce qu’il est, ce qu’est Dieu, c’est cette extrême fragilité, cette vulnérabilité inouïe qu’il vit dans sa chair, c’est notre Dieu, parce que Dieu n'est qu’amour, et être amour c’est être vulnérable, fragile, pauvre, petit…  

Quand on pâtit de la mort d’un être cher, on est dans la vulnérabilité d’un enfant, d’un tout-petit et connaitre cet état c’est être vrai, c’est être comme le Père nous a voulu. Quand on est petit, fragile, impuissant, on est en vérité devant Le Père ! L’offrande de Jésus, son extrême fragilité, sa petitesse de crucifié, le dit et dit le Père qui l’attire en silence. Le Père est cette attraction substantielle, vulnérable à tout ce que nous sommes.

La Croix, c’est pour être attiré par le Père, vivre l’amour même du Père pour le Fils, un amour à la taille de Dieu. Cet amour est  blessant, crucifiant, parce qu’il est de trop. Cet amour nous appauvrit, nous affaiblit, nous rend incapable de croire dans ce qu’on fait, nous fait mourir à toutes satisfactions de nous même et nous rends mendiants d’amour. 

Grégoire +

 

Commenter cet article