Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Le silence du Père

23 Février 2021, 14:46pm

Publié par Grégoire.

Le silence du Père

« Quand vous priez, ne rabâchez pas comme les païens qui par un excès de paroles pensent être exaucés… Vous donc, priez ainsi : Père de nous »

Quand Jésus nous enseigne à prier, il ne nous donne pas seulement une prière, des mots pour nous adresser au Père. Jésus nous donne beaucoup plus : il nous donne de vivre immédiatement sa relation au Père.

C’est là où il nous faut un regard contemplatif : qui dépasse les apparences, ne plus s’inquiéter de notre manière de prier, de ne pas passer son temps à se rectifier ou à lutter contre ce qui nous plait pas en nous-même. Avoir un regard contemplatif c’est être certain d’être sur les épaules de Jésus, que Jésus donne à notre prière , à nos balbutiements, à nos désirs, la signification, la taille, la largeur, la hauteur, la profondeur de son lien au Père. Pas moins ! Ce regard c’est comme dit le livre de l’apocalypse « c’est ici la Sagesse, le discernement : que Celui doué d’intelligence discerne ce qui est de l’homme …. » Apoc 13, 18.

Même si mon vécu, mon ressenti de la prière est pauvre, avec plein d’imaginaire, de distractions, de désirs de toutes sortes, de paresses, de découragements, je dois être certain que quand je prie, il m’est donné de vivre la relation de Jésus au Père ! Jésus donne une taille divine à ma prière ! Je prie, j’aime le Père avec la taille, la profondeur, l’intimité, l’amour même de Jésus. Cela m’est donné. Au-delà de ce que je perçois ou de ce dont j’ai conscience : j’adhère au Père, j’en vis comme Jésus en vis, mais dans l’obscurité, sans aucune conscience, sans pouvoir en jouir !

C’est cela la conversion du carême, croire qu’on vit à la taille de Dieu : Jésus donne à mes actes le poids, la taille de son don au Père; je dois donc tout vivre comme étant déjà arrivé, comme étant déjà dans le sein du Père, parce que c’est là que l’on est ! 

C’est étonnant que La réponse à nos problèmes, c’est Dieu qui nous révèle sa fécondité : Dieu est Père ! Et il nous le révèle en nous mettant dedans même sa fécondité, on est Fils dans Le Fils, enfants du Père comme Jésus ! Il nous ouvre son intimité en nous y introduisant. C’est cela la première différence avec la justice originelle : une nouvelle intimité, une nouvelle proximité avec Dieu, connu comme Père !

C’est pour cela que Notre Père est un secret, une connaissance amoureuse, un secret du coeur. Non pas une formule que l’on récite; Dire Père c’est immédiatement toucher, recevoir Le Père. Comme Jésus vit de Lui. Regarder le Père, lui dire qu’on est là pour Lui, désirer vivre de sa paternité, non pas dans un excès de paroles où on se raconterait, mais précisément dans une économie de parole : l’amour est un secret qui n’aime pas de se dire, mais qui se vit. C’est toucher le coeur de l’autre, être marqué par la vulnérabilité de l’autre à notre présence, être rendu liquide parce qu’il est là pour moi. 

On devrait dire le « Notre Père » en rougissant puisque on devant l’amour de notre vie, celui qui nous attend, Celui qui est attraction d’amour et pour qui je suis unique. Cela doit nous conduire au silence, puisque seul le silence dit pleinement l’amour : Quand on aime pleinement quelqu’un on ne veut pas faire obstacle à sa présence, on veut être pleinement réceptif à ce qu’il est !

C’est pour cela que le Père se tait devant nous, qu’il reste silencieux : il est tellement relatif à nous, tellement attiré par nous, par notre fragilité, notre désir de lui faire plaisir. Son silence dit son attraction d’amour, un don plénier qui appelle notre attente, qui attend que l'on se repose en Lui.

Grégoire +

 

Commenter cet article