Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

La femme, gardienne des secrets du Père

5 Février 2021, 15:32pm

Publié par Grégoire.

La femme, gardienne des secrets du Père

Jean Baptiste lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère ». Hérodiade en voulait à Jean et cherchait à le faire mourir.

Comprenons bien cette parole de Jean-Baptiste qui n’est pas là d’abord pour faire la morale à Hérode et Hérodiade. Si Jean-Baptiste s’adresse à Hérode c’est qu'il est un homme faible, manipulable, comme beaucoup d’hommes ! C’est la petite médiocrité de l’homme que de facilement manquer de force au niveau affectif. L’homme reste facilement toute sa vie un petit enfant qui cherche sa maman ! Sous des aspects apparemment virils, c’est très souvent un grand enfant !

Et Jean-Baptiste veut aider cet homme Hérode, à retrouver sa noblesse, sa vocation, à être gardien d'une lumière qui le dépasse; à Adam avait été donné de nommer les choses et d’être gardien des intentions de Dieu; L’homme est donc gardien d’une sagesse qui le dépasse, et pour cela il doit constamment chercher la lumière, interroger, sous peine de se fragiliser ! 

Jean Baptiste veut réveiller son intelligence, son sens de la Sagesse, c’est à dire de ce qui le dépasse. C’est bien plus que de pointer une faute morale ! 

Hérode est manipulé par Hérodiade et par la danse de sa fille. Il est séduit par elles et l'ayant séduit elles peuvent lui demander ce qu'il n’aurait jamais fait de lui-même !

La séduction est une lumière qui nous éblouit momentanément. Ce n’est pas mauvais d’être séduit, c'est une lumière qui nous oblige normalement à aller plus loin que ce que l'on connaît déjà. Mais quand on ne cherche pas la lumière, la Sagesse, la séduction risque de s'imposer et tout prendre.

Et Hérodiade, c’est la femme qui a perdu sa 'vocation' : son inclination, sa disposition intérieure à éveiller et nourrir l’amour, d’être celle qui renouvelle et affine l’amour. N'est-ce pas l'une des raisons pour lesquelles le monde est particulièrement froid aujourd’hui ? Outre la médiocrité masculine, Hérodiade est bien la caricature de la propension de certaines femmes à vouloir occuper absolument des places de pouvoirs, des places visibles de premiers plans, pour lesquelles elles n'hésiteront pas à manipuler et séduire1.

Hérodiade et sa fille ont oublié ce qui leur a été donné, qui les met toute proche de Dieu : être source d’amour, source de vie spirituelle. La vie biologique chez la femme n'est-elle pas le signe de quelque chose de bien plus grand et bien plus profond pour la recherche de la sagesse ?!

Le cri de Jean Baptiste, c’est celui du Père qui veut réveiller en elles ce secret. C’est par la femme que le Père reprend tout. C’est pour ça que les trois derniers docteurs de l’Eglise sont des femmes; La porte de la nouvelle Alliance, c’est Marie ! Marie c’est, d'une certaine manière, plus que les sacrements, c’est celle que le Père choisie pour tout reprendre. C’est comme cela que le Père regarde toutes femmes : celles à travers lesquelles il veut tout renouveler.

 

Grégoire +

 

1/  Non pas que la femme n'ait aucun rôle à jouer dans la vie publique, politique, etc... bien au contraire ! Mais son mode propre, sa manière d'être réclame de ne surtout pas entrer dans une imitation du modèle proprement masculin ! L'homme et la femme sont des personnes humaines égales, aucunement réductible à leur nature biologique; aucune des deux n'a donc de primauté ou d'autorité sur l'autre. Par contre, leur manière d'exister comme êtres spirituels, leur manière de connaître et d'aimer diffère radicalement.

C'est ce que l'on a de plus nous-même réclame une recherche personnelle pour découvrir comment vivre, exercer et manifester ce qu'on a en propre; et cela est vital pour ne pas tomber dans des schémas dialectiques et des stéréotypes médiatiques ! Et, là, rien, en tout cas aucune méthode, ni règle, ne peut remplacer cette recherche pour se révéler à soi-même ce qu'on a de plus personnel; 

Si certaines traditions véhiculent de grandes orientations, c'est parce qu'elles s'appuyaient chez les anciens surtout, sur un maitre, un sage, un témoin de vie ... 

 

Commenter cet article