Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

« Et je vis : un cheval blanc, Celui qui le monte s'appelle Fidèle et vrai » Apoc 19, 11.

21 Février 2021, 08:36am

Publié par Grégoire.

« Et je vis : un cheval blanc, Celui qui le monte s'appelle Fidèle et vrai » Apoc 19, 11.

« Les temps sont accomplis, le règne de Dieu s'est rapproché. Convertissez-vous et croyez à la Bonne nouvelle. » Mc, 1, 14-20.

On entend souvent « convertissez-vous » comme une espèce de reproche, un rappel à l'ordre. On entend : « ça ne va pas, ce n’est pas bien, changez, faites des efforts... » Alors, si Jésus vient pour nous faire la leçon, ce n’est pas tellement une bonne nouvelle ! Or Jésus ne dit pas ça. Si on prend ces paroles comme un reproche, c’est la conséquence de la faute originelle : depuis on se sent coupable, on se juge et on a peur de Dieu. Pourquoi ? Parce qu’on ne connaît plus notre Père. Ah oui, «on récite » le notre Père, mais on ne le connait pas ! 

Quand vous vous levez le matin, est-ce que vous appelez Le Père ? Ou bien vous dites « café »? C’est bien notre grande misère : on vit comme si on était seul, avec un sentiment d’abandon et de devoir prouver que l’on est digne d’être aimé. 

Et on imagine Dieu comme un professeur d’école ou un gendarme, quelqu’un qui surveille, juge et punit ou qui récompense si nos résultats sont bons. Si Dieu est celui qui surveille si on applique bien la loi, c’est insupportable; alors on rejette sa présence et on le tient éloigné. Du coup on entend la parole de Jésus comme un ordre extérieur, une exigence a accomplir pour être en règle. C’est très faux comme regard, mais c’est notre psychologie malade.

Qu’est-ce que la conversion? en Grec métanoia, «dépasser ce qu’on perçoit», en latin con-verto «changer avec». Dans l’évangile Jésus opère plusieurs conversions : il convertit de l’eau en vin. Il convertit la tempête d’un lac en eaux calmes. Il convertit un mort, Lazare, en un vivant.

La conversion c’est être converti, dépasser les apparences et découvrir qui je suis pour Jésus, ce que Jésus a déjà accompli en moi ! C’est Jésus qui me crie : «ouvre les yeux, tu n’es pas ce que tu fais, tu es ce que j’ai fait de toi».

C’est cela la conversion du carême, c’est ouvrir les yeux sur ce que Jésus a fait pour moi :

«le règne de Dieu s’est rapproché de vous» Dieu s’est tellement rapproché, qu’il est devenu l’un de nous. Il est mon frère. Il se lie à moi définitivement et c’est gratuit, sans condition. Je n’ai rien à prouver. Je dois donc brûler ces fausses images de Dieu et ces faux regards sur moi-même. 

La conversion c’est entendre Jésus qui me demande «est-ce que tu me laisses tout vivre avec toi, le bien comme le mal? Est-ce que tu acceptes que toutes tes fautes ne t’appartiennent plus? Acceptes-tu que j’en sois seul responsable? Comme toutes tes souffrances? Acceptes-tu de ne plus te juger? De ne plus que me regarder? De chercher mon regard, mon amour, mes désirs sur toi? Parce que je t’aime? Parce que ce qui est à moi est à toi !» 

On a 40 jours pour entendre qu'il est descendu dedans toute notre vie et s’en fait responsable. C’est fait. Nous sommes plongé en Jésus, revêtu de Lui. Ce n’est pas visible, il n’y a pas de résultats, mais c’est réel: c’est un secret donc c’est caché: c'est cela la sainteté de Jésus, une connaissance dans l'amour, un amour tel qu'il me fait être Lui, pour Lui, sans aucune paillette extérieure ! La conversion, c’est se laisser conduire à vivre de don qui n’est pas visible parce que c'est un amour ! Et parce que je n’en ai aucune évidence, laisser Jésus me le dire et me faire en vivre !

Jésus ne s’est pas rapproché pour nous donner des conseils ou des méthodes pour être des gens biens. Il s’est rapproché pour nous épouser. Il est descendu en nous, spécialement là où tout était perdu, là où c’était pourri, moisi, mort ! Jésus s’est fait responsable de nous ! Définitivement ! 

«Convertissez-vous et croyez en cette Bonne Nouvelle » La conversion c’est: «est-ce que j’accepte de laisser Jésus me conduire à vivre autre chose qu’une petite recherche de perfection humaine?!» Il a fait de chacun des créatures nouvelles: nous sommes fils du Père, c’est certain, mais on n’en a aucune évidence ! 

Se convertir, c’est donc passer de la recherche d’une petite perfection humaine, de notre volonté de changer les apparences, à vivre en Fils du Père, avec Lui. C’est la foi: je suis certain d’être recréé, mais je n’en ai aucune évidence. Ce qui est évident, ce sont les conséquences du péché qui sont très visibles ! Se convertir, c’est entendre Jésus nous dire qu’il est déjà victorieux de tout le mal que je porte ou que je fais et accepter que cette victoire reste cachée !

La conversion n’est pas d’abord de lutter contre nos défauts, mais lutter pour croire à ce don actuel de Jésus, qui nous a fait autre alors que nous n’étions pas prêts ! Et aucun de nous n’est prêt ou digne ou juste ! Jésus s’en fiche ! Son don qui nous rend prêt ! 

Jésus nous crie : «Les temps sont accompli ! C’est accompli !» C’est ce que Jésus dit à la Croix : « c’est achevé, l’oeuvre est terminé » Et la grande tentation, celle du démon, c’est de nous faire nous regarder, d’en rester à un jugement humain, à une lutte humaine, de rechercher une perfection humaine, alors que nous devons vivre immédiatement une amitié avec Jésus, sous le regard du Père.

La grande tentation, c’est de se juger en fonction de nos résultats humains, se lamenter devant nos fautes ou ceux de nos frères, or ça, c’est insulter Jésus qui a déjà tout payé ! La seule chose qui importe c’est : qui je suis pour Lui. Ma vie n'est pas ce que j’en fais, mais ce que Lui en fait ! Cela réclame de s’abandonner à sa conduite ! Choisir de Lui laisser conduire ma vie ! Car par moi-même, je ne peux pas vivre en fils du Père. C’est impossible ! C’est de trop ! 

Jésus veut nous faire vivre quelque chose qui n’est pas selon nos compétences ! Et ça, c’est difficile ! Nous, on veut payer, lutter pour notre transformation, car quand on paye, quand on lutte pour quelque chose, ça nous appartient ! Alors que quand c’est reçu gratuitement, on ne peut pas s’en glorifier, on est revêtu du travail d’un autre. Et puis on veut des résultats visible, on voudrait voir notre sainteté, nos efforts. 

Or, sur terre on vit d’un don qui reste caché : parce que c’est amour divin qui nous transforme sans qu’on puisse mettre la main dessus. C’est un secret personnel entre Jésus et moi et le seul résultat à attendre c’est Lui: tout attendre de Lui !

Pour être possédé par son don actuel qui nous recréé, je vous propose 3 choses : 

-chaque matin, en vous levant, mettez vous à genoux, dites à Jésus que vous voulez tout recevoir de Lui : «Viens me dire ton don, viens me dire qui je suis pour toi»

-Gardez une parole de Jésus, chaque jour. En lisant l’évangile, entendez et recevez Jésus qui maintenant vous parle !

-Et enfin, mettez Marie partout: dans vos joies, dans vos luttes, dans vos chutes, appelez-la, avec force, criez comme les Philippins : « Maman, Marie » Ça c’est très efficace ! C’est juste prendre le moyen que le Père a choisit !

C’est très simple apparemment, mais cela réclame d'absolument plus se regarder, de ne plus chercher les résultats, de ne plus chercher que Jésus.

Grégoire +

Commenter cet article