Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Bonne à rien, comme sa Mère !

11 Février 2021, 17:28pm

Publié par Grégoire.

Bernadette Soubirous

Bernadette Soubirous

Le grand miracle de Lourdes, ce n’est pas l’apparition de la Vierge Marie, puisque personne ne l’a vu, mais c’est que tous ont cru en Bernadette, une petite fille pauvre, analphabète et, comme on disait d’elle dans son couvent : « Bonne à rien ! » Voilà celle que Marie choisie : une « Bonne à rien » ! Et à cette bonne à rien du tout, Marie lui révèle :  « Je suis l’Immaculée conception ! » 

Pourquoi Marie dit ça ? Parce que notre maladie moderne, c’est l’orgueil de croire en ce qu’on réalise, qui nous fait nous regarder, qui nous oblige à être efficace, utile, sans défauts ! Nous sommes des tyrans envers nous-mêmes, sans cesse inquiets de nous-mêmes, à nous regarder ! Mais que c’est épuisant de se croire « Bon à quelque chose » !

Or, l’Immaculée, est donnée à une « Bonne à rien », une inutile,  une incapable ! Et là, Bernadette est une image de la petite Vierge Marie ! Parce que Marie c’est la pure gratuité de Dieu : avant toute coopération, et avant même son premier soupir, Marie est revêtue de Jésus, de sa sainteté ! Elle a sa sainteté ! Elle est faite gratuitement fille du Père et de toute l’offrande de Jésus. Or, il faut être absolument pauvre, sans aucune possibilité de réalisation, ni recherche de gloire humaine pour être apte à tout recevoir gratuitement du Père !

C’est cela Lourdes : c’est la gratuité de Dieu pour les pauvres, les handicapées, les nuls, les bons à riens et les pécheurs ! Et les autres ? Mais les autres : dehors ! Les parfaits, les vertueux et ceux qui veulent y arriver : dehors ! 

N’est-ce pas une grande lumière pour regarder tout autrement notre lien à Jésus et ce temps qui nous reste sur la terre ? Marie est notre mère. Ce qui lui est donné est à nous. Marie a vécu chaque instant comme un moment inutilisable, seulement pour Jésus, parce que c’est Lui. De Noël à la Croix, tout est gratuité, surabondance, surcroît de lumières et d’amour de Dieu ! Pure gratuité parce que son don est disproportionné ! La seule raison au don de Dieu, c’est que l’amour divin veut se donner, se déverser en nous en pure perte.

C’est la grande réponse à la tentation modernes qui voudraient une juste mesure, un cadre, des choses réglées et en ordre et svp selon la loi ! Mais l’amour de Dieu est un dépassement de la loi, de la justice ! Dieu se donne à des bons à riens

La nouvelle Alliance n’est pas le rétablissement de la Justice originelle, non, ce sont des noces, des épousailles ! Le Père a répondu à la faute originel par un nouveau don : en nous épousant, en mêlant son sang au nôtre !

C’est Cana : un repas de noces et le nouveau vin, c’est le sang de Jésus ! On ne fait plus qu’une seule chair : c’est son corps ! Et le sang c’est l’amour divin dans nos liens de charité ! Il n’y a pas d’épousailles avec Jésus, si il n’y a pas d’amour excessif les uns envers les autres !

Et Marie, à Lourdes, nous dit : « je suis l’Immaculée, je suis revêtue de Jésus et c’est complètement gratuit ! Ceux qui veulent en être revêtue, gratuitement, venez boire ici ! Mais ce n’est que pour les petits, les pauvres, les aveugles, les handicapées ! Ceux qui ont un truc à défendre, qui attendent d’être reconnu ou une sainteté visible, passez votre chemin ! Il faut coller son visage dans la boue, dans la terre : être caché à ses propres yeux pour recevoir cette surabondance incroyable ! »

Telle est la maladie dont Marie nous guérie à Lourdes : notre suffisance, notre satisfaction de nous-même, notre prétention à être quelqu’un, à faire du bien ! Parce que vivre de la gratuité du Père, de Jésus, c’est choisir d’être rien, mendiant, nu, pauvre… pour tout attendre de Lui !

Ce que dira notre plus grande « Bonne à rien » des temps modernes : « Plus nous sommes faibles, sans vertus, ni désirs, plus nous sommes disposés aux opérations de cet esprit consumant et transformant, mais il faut consentir à rester faible et sans forces, et voilà le difficile, car le véritable pauvre d’esprit, où le trouver ? » Ste Thérèse de l’enfant Jésus

Grégoire +

 

Commenter cet article