Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Comme une mère

1 Janvier 2021, 15:16pm

Publié par Grégoire.

Comme une mère

Une femme, une créature, Mère de Dieu? L’année commence fort, très fort !

Le Père nous aime tellement qu’il a voulu avoir une mère, Marie. Dieu a voulu connaitre cette proximité, cette intimité d’une mère avec son enfant !

Et, pour faire simple, il veut cela avec chacun de nous ! Entendre Dieu qui nous parle, nous fait l’engendrer en nous : « Qui est ma mère, ma soeur, mon frère ? Celui qui garde ma parole… » 

C’est cela Marie. Elle n’a pas reçue des "mots" ou « La parole de Dieu » mais Celui qui les prononçait. On peut s’arrêter à la signification des mots, ou bien ne regarder que Celui qui nous parle ! Parce qu’en nous parlant, le Père se livre : Il ne nous raconte pas des choses à faire ou sur lesquelles réfléchir; il nous aime, et quand on aime, il n’y a pas de bavardage ! Entendre Jésus comme celui qui nous dit son amour, c’est immédiatement le laisser prendre chair en nous !

Marie, mère de Dieu, nous dévoile le coeur de Dieu : Dieu est comme une mère ! Le Père est comme une mère !

Et la vie chrétienne, c'est pour être avec Dieu comme Marie avec Jésus à la crèche. Il faudrait garder nos crèches toute l’année, pour ne pas oublier que plus on avance avec Dieu, plus on rajeunie !

Au début de notre vie chrétienne, on est comme quelqu’un de quarante-cinquante ans, ayant encore sa mère, qu’on va visiter tout les dimanches pendant une heure.

Quand Dieu nous fait avancer, on rajeunie ! On est alors comme   quelqu’un de vingt ans qui vient chaque jour une demi-heure parler  avec sa mère, puis on la quitte jusqu’au lendemain. C’est déjà quelque chose, mais ce n’est qu’un début; et là on croit que ce qu’on dit est important.

Quand on laisse encore Dieu se rapprocher, alors on ressemble à un enfant de dix - douze ans. À cet âge on demeure encore chez sa mère. La maison est importante pour l’enfant. Cela c’est entrer dans l’intimité du Père. Le Père nous fait alors cette grâce «d’habiter sa maison chaque jour de notre vie» (Ps 26, 4). Cette maison, c’est l’oraison. Il ne s’agit pas de parler sans cesse de Dieu ou à Dieu, mais on ne le quitte pas du regard, on ne fait rien sans Lui ; on est enveloppée de Dieu !

En se laissant prendre davantage, on arrive à six-sept ans, âge où l’enfant n’a pas de conversations comme les grandes personnes ; mais ses initiatives plaisent à sa mère. 

Le réel progrès est quand on ne commence à ne plus pouvoir parler, comme au temps de notre toute petite enfance ! On est seulement présent à Dieu, sans aucune utilité, comme l’enfant qui n’a pas d’autonomie et qui attend tout de sa mère.

L’enfant émet des bégaiements, et la mère se mets au niveau de son enfant, pour babiller, pour bégayer avec lui.

Ça c’est Dieu avec ses saints ! Le saint est celui qui est dans une totale simplicité avec Dieu; il n’y a plus que des enfantillages, des bégaiements d’amour. Cette simplicité suffit pleinement à Dieu. Dieu n’a pas besoin d’autre chose. 

Et alors ? Alors Dieu oublie tout le reste, pour s’amuser à écouter nos bégaiements. Qu’importe à la mère ce qui l’entoure quand elle parle avec son enfant ? On se demande parfois pourquoi Dieu ne fait rien dans le monde… C’est que Dieu est avec ses petits et près d’eux. Alors Il oublie, il ne voit pas et n’entend pas autre chose. Dieu est comme une mère ! 

Et la grande « perfection » c’est d’être avec Dieu comme à l’âge où on ne parle pas, on ne marche pas, âge où l’enfant vit de sa mère et repose continuellement dans ses bras, sur son cœur. Plus besoin de parler : le silence d’amour va plus loin que le bégaiement. Endormis sur le sein de Dieu, on se nourrit de sa présence.

L’union la plus grande que puisse connaître l’enfant avec sa mère est celle du moment où il ne fait qu’un avec elle. On ne le voit même pas : il vit en elle.

C’est ça ce que Dieu veut pour nous : être perdus, fondus en Lui, n’ayant plus qu’une seule vie avec lui au point qu’on devient invisible au monde. C’est être comme un enfant avec sa mère, cachée en Lui. Car Dieu est comme une mère ! 

 

Grégoire +

 

Commenter cet article