Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Il dansera pour toi avec des cris de joie !

13 Décembre 2020, 08:30am

Publié par Grégoire.

Il dansera pour toi avec des cris de joie !

« Ne crains pas ! Ne laisse pas tes mains défaillir ! Le Seigneur ton Dieu est en toi, c'est lui, le héros qui apporte le salut. Il a en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » Sophonie 3, 11-18

Extraordinaire : « Dieu dansera pour toi avec des cris de joie » Il faut ne plus compter que sur celui qui vient pour vraiment entendre et crier cette folle audace de Dieu pour nous ! Dieu danse pour nous avec des cris de joie !!

La joie ?! Gaudete ! Comment est-ce possible ? On a un regard qui ressemble si vite à des pneus usés qu'on épouse trop souvent la grisaille du ciel qui nous plombe, ou la morosité d'un journal de 20h, ou encore ce ronron mélancolique qui nous fait osciller entre le "ché pas" et le "Qui s'en fout ? " 

Or la joie, cet amour divin qui déborde, qui explose, comment se laisser envahir par elle, se laisser posséder, à en être ivre ?

 

1/ Qu’est-ce que la joie ? Naturellement. Humainement.

- Nous sommes joyeux lorsque nous avons fini un travail, que ce travail est achevé et bien fait, que rien ne manque ! Quand un travail est réussi et que le montrer à d’autre suscite leur admiration, alors il y a une joie qui nait ! C’est achevé, c’est bien fait et d’autres nous le confirme ! Il y a de la joie parce que le résultat est source alors d’un vrai repos. Il y a donc trois conditions : C’est fini / On aime ce qu’on a fait / et on sait que ça plait. La joie est alors un ultime épanouissement intérieur et comme un repos !

- Ensuite, dans l’amour, quand j’aime une personne et que cette personne nous aime aussi, et que tout les deux on sait que l’autre nous reçoit vraiment ! L’amour ne suffit pas. il faut que l’amour soit réciproque et connu. Il y a alors la joie d’être aimé. Là, il y a de la joie, parce que je peux me reposer en celui que j’aime !

- Enfin, on est joyeux quand on est agrandit par un autre ! Prenez la nature, les montagnes ou la mer que l'on voit, la crèche qui a été faite, les présences de personnes qui prient avec vous, les fleurs, les anges que vous croisez subrepticement : c’est tout simple, mais c’est l’expérience du don gratuit d’un travail, ou de présences amicales, naturelles, quasi-surnaturelles.. et qui nous agrandit sans que l’on ait rien fait. C’est là, ça nous tombe dessus et ça nous agrandit.   

 

2/ Et la joie chrétienne, la joie de l’avent ?

Notre joie, c’est : -Dieu qui, bien que présent partout, se rend proche au point de se faire l’un de nous. Dieu se fait homme, chair, morceau de pain ! Dieu devient mon frère ! Et ça c’est aujourd’hui ! En Dieu, tout est actuel ! 

Il m’aime d’une manière inconditionnelle, définitive, gratuite, absolue ! Et il fait pour moi toutes choses nouvelles : il paye toutes mes dettes, gratuitement, parce qu’il veut que je vive de son bonheur : il me le promet ! Et Il S’ENGAGE à le réaliser, avec ce que je suis, comme je suis. Et il attend de moi que je sois avec lui comme avec un ami, que je lui fasse totale confiance malgré le bordel extérieur ! Parce que pour lui, rien n’est vain de ma vie !

La joie chrétienne à trois conditions : 

-je suis aimé inconditionnellement, d’un amour éternel, 

-il me fait connaitre cet amour qui est lui-même, combien je suis important pour lui, 

-et il se sert de toute ma vie pour m’enfanter à cette vie divine ! Tout ! Même mes pauvretés : il suffit de les lui donner ! Il fait toutes choses nouvelles !

 

3/ Jean Baptiste, le "possédé" de la joie ?!

Jean Baptiste c’est d’abord un pauvre : c’est à dire, qu’il n’a pas d’autres projets que celui du Père pour lui. Ce qui nous rend triste, ce sont nos projets. Or, nos projets sont toujours petite taille face à celui du Père ! L’avent nous met dans la joie si nous brûlons tout nos projets ! Jean-Baptiste ne se regarde qu’à travers le projet du Père sur lui, et du coup, quand on lui demande : « Qui es-tu ? Es-tu ceci ou cela ? » Il répond « Non ! » « Alors tu es ça ? » « et bien non » Quand on est relatif à Dieu, nous ne sommes plus dans les cases, nous sommes hors-série ! Indémodable ! 

Jean-Baptiste est aussi un enfant : il est joue avec les gens : il invente ce bain qu’est le baptême, et il leur dit : « c’est Dieu lui-même qui vous lave ».  Il est comme un petit garçon qui jouerai à Papa et maman, et bien Jean-Baptiste joue à ‘Dieu qui lave ses enfants’. C’est ça son baptême, c’est le jeu de l’enfant qui ne se prend pas au sérieux… Jean-Baptiste c’est tout sauf le sérieux des adultes, des pédants, des satisfaits ! Il dit « vos fautes c’est pas grave : lavez les dans le Jourdain ! Allez ! Arrêtez de vous inquiétez de vous-même ! »

Jean-Baptiste est enfin … un fou : il crie dans le désert !  Il n’y a que les fous qui crient dans un désert ! Mais son cri est un cri de joie : le cri c’est l’amour ou la connaissance qui déborde, alors on crie : « Je t’aime !! Dieu vous aime ! Lâchez vos projets et laissez vous conduire à la source de la joie !! » Il faut être ivre d’amour (ou de colère) pour crier ! JB est ivre, ivre d’Esprit St, il est le fou de Dieu, la folie même de Dieu.

 

Etre un pauvre, sans projet autre que celui du Père, un enfant qui joue à être Dieu sur terre, et un fou qui crie l'amour. Voilà les qualités de la Joie chrétienne ! 

Grégoire +

 

PS : et pour ceux qui ont encore du mal, ce petit film : "la pazza gioia" ! 

https://www.youtube.com/watch?v=IDPx5xKcvyY

Commenter cet article