Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Pour donner à la vie son goût le plus amer, il suffit de la remettre entre les mains des bien-pensants

2 Juillet 2020, 11:43am

Publié par Grégoire.

Pour donner à la vie son goût le plus amer, il suffit de la remettre entre les mains des bien-pensants

L’historien Pierre Chaunu1 a montré combien l’excessive spiritualisation des théologiens de la fin du moyen-âge a engendré un retour de bâton matérialiste et faussement libérateur au temps de la dite Renaissance, qui s’est épanoui et a fleuri avec la Réforme, puis la Révolution française et l’athéisme des Lumières. Descartes en est le trop clair exemple ; lui qui -et c’est une bêtise qui n’a pas beaucoup d’égale dans l’histoire de la pensée- voulut prouver mathématiquement que Dieu existe, d’une manière telle qu’après lui plus personne ne soit athée2.

On a tendance à oublier que ce généreux monsieur était d’abord un théologien, qui comme chacun sait, cherche la certitude de la foi et non l’évidence de l’expérience. Ensuite, le raisonnement mathématique ne fait que déduire des choses qui y sont déjà présentes. Bref, juste la pétition de principe qui a abouti à l’effet inverse : un refus généralisé de la question de Dieu. 

Ensuite, la formalisation morale des mœurs, la culpabilisation à outrance de la chair et le faux renouveau spirituel au XIXe dérivé de certaines formes du jansénisme catholique ou des doctrines puritaines protestantes a donné naissance aux idéologies matérialistes du XXe siècle, des systèmes totalitaires ou du capitalisme fondu dans l’eau tiède démocratique qui perdure aujourd’hui. L’exaltation de l’esprit pour lui-même –sous couvert d’élévation spirituelle- a appelé des vengeances sans concession de la matière : « Pas de race plus inhumaine sous le soleil que celle qui croit représenter le Bien. Pour donner à la vie son goût le plus amer, il suffit donc de la remettre entre les mains des bien-pensants3. » 

 

Grégoire Plus, Pérégrinations d'un cherchant-Dieu.

 

 1/ Pierre Chaunu, historien et théologien protestant français, dans Le Temps des Reformes. ed Fayard, 1976. Sans pour autant tomber dans une vision univoque, on ne peut pas ne pas voir dans  les prémices des différentes idéologies du travail du monde contemporain : « Toute théologie fidèle à la Réforme est nécessairement impérialiste, puisqu’elle a regard sur tout ce qu’éclaire la Parole de Dieu, la totalité en fait de la pensée et de la connaissance ! » 

 2/ Plutôt que de partir de l’expérience et d’interroger le réel, il a cherché à convaincre, autrement dit, toutes ses ‘méditations’ sont relatives à ce que lui croyait comprendre de Dieu. Kant en Allemagne n’a pas fait autre chose pour l’agir moral et notre capacité de comprendre: il les a soumis à un loi divine à laquelle tout un chacun ne pouvait que se soumettre. L’histoire a largement réfuté sa thèse… Cf. R Descartes. Méditations Métaphysiques. E Kant. Critique de la raison pratique et Métaphysique des mœurs.

3/  « Pour toujours, je me suis institué l'interprète du déchet humain, du résidu qui croupit dans les prisons, sous les ponts, au fond de la puante pourriture des villes.»  Lydie Dattas, La chaste vie de Jean Genet. Gallimard.

 

 

Commenter cet article