Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

L'homme moderne, un éboueur de l'argent !

15 Février 2020, 02:33am

Publié par Grégoire.

L'homme moderne, un éboueur de l'argent !

il vous arrive de prendre le train ?

Dans la gare beaucoup d’hommes d’affaires, vous les reconnaissez de loin à leur visage qui manque, le même homme à des milliers d’exemplaires, le même homme jeune, vieilli dans sa parole, embaumé dans son avenir.

Le train arrive c’est un de ces trains rapides inventés par les hommes d’affaires pour leur convenance personnelle, une ligne droite de train clair, une main de vent froid qui égalise les champs et les vide de leur ride, de leurs accents, de leur nerfs. Des champs désertés des regards des hommes, des bas morceaux de terre jetés aux chiens de la vitesse. le paysage n’est plus rien ce qui fait qu’on le traverse vite;

devant ce rien de paysage vous prenez connaissance de l’homme fabriqué en série, de l’homme absent: il va de Paris à Tokyo de Tokyo à New York. Il va partout sur la terre électrique comme un cadavre répandu dans sa mort. Il prend des trains qui vont de rien à rien.

Dans sa précipitation il amène le vide. Si souvent qu’il parle il n’entend que lui- même, si loin qu’il aille il ne trouve que lui-même, il tache de gris tout ce qu’il traverse, il dort dans ce qu’il voit, en le voyant vous découvrez l’homme qui éteint toute les différences, l’homme qui a une place dans le monde, l’homme utile et persuadé de son utilité, qui affirme en prenant la voix de Dieu le Père, qui essaye de forcer les chemins du ciel, qui veut accélérer chimiquement les battements du cœur, qui veut tout tout de suite, les applaudissements avant même d'avoir commencé l’effort, aussi à l’aise dans l’industrie que dans la morale, dans ses amours que dans ses comptes, il est là préposé à l’argent comme dans certaines tribus ces personnes intouchables voués aux commerces des morts, il est là comme un éboueur de l’argent.

Et puis il y a l’homme merveilleusement, parfaitement inutile, ce n’est pas lui qui invente la brouette, les cartes bancaires, ou les bas de nylon, il n’ajoute ni n’enlève rien au monde : IL LE QUITTE ! il pousse devant lui le troupeau de ses pensées.

Christian Bobin

Commenter cet article