Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

La présomption d'innocence

11 Janvier 2020, 13:50pm

Publié par Grégoire.

La présomption d'innocence

Concrètement, ça veut dire quoi, la présomption d'innocence ?

A dire vrai, il est difficile de répondre sans tomber dans le trou commun des slogans juridiques. Le premier qui claque au vent des apparences: l'accusé n'a pas à prouver son innocence, c'est aux accusateurs de démontrer sa culpabilité; s'ils échouent, le doute doit alors profiter. L'idée qui fonde ce principe, dit "du fardeau de la preuve", repose sur le constat évident qu'en supposant l'autre coupable, il n'est pas utile de rechercher des preuves.

Le respect de la présomption d'innocence, c'est, d'abord et avant tout, un état d'esprit, une manière de voir l'autre, sur qui pèse le poids d'un soupçon. C'est toute une culture qui part en guerre contre le péché originel, la tare paranoïaque, le petit plaisir d'imaginer l'autre pire que soi. Le respect de la présomption d'innocence exige un certain degré d'évolution psychique, un effort vers le haut, difficile d'accès quotidien pour le commun des mortels. Il suffit, pour s'en convaincre, de voir la jouissance que nous avons tous à "déguster" du mal les uns des autres, à nous faire de la chirurgie esthétique de l'âme sur la peau de nos semblables, nos frères, en médisance. On dit tous du mal de tout le monde; on prend un plaisir d'impuissant à écouter les humoristes salariés déblatérer haineusement sur les uns et les autres: aucune présomption d'innocence dans la vie de tous les jours.

Le flic, le juge, le journaliste, qui croit penser juste en pensant bassement, qui voit du coupable partout, est un univers totalitaire à lui tout seul, duquel il jette sur l'autre, comme un filet, son fiel de suspicion certaine. J'ai rencontré, chez nombre de policiers et de magistrats, cette propension perverse puisée, peut-être, dans le désabusement de l'activité professionnelle, dans les failles narcissiques de l'inconscient, dans la haine de soi-même, à voir le coupable partout, à exprimer dans la rigidité la vanité du fonctionnaire qui croit détenir la vérité; c'est la "méchanceté du rachitique".

Gilbert Collard, avocat, Dérives judiciaires, p. 149-150.

 

Commenter cet article

Hélène 11/01/2020 22:08

Voilà un texte interpellant et percutant qui ouvre à la réflexion quant à l'attitude de chacun vis à vis de celui que l'on juge et "condamne" parfois trop rapidement.
A méditer certainement...