Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Rien n'est plus désolant que ces gens qui ne disent et ne font jamais rien de « déplacé ». Ces personnes récitent leur vie comme une leçon apprise par cœur, sans jamais faire la moindre faute.

20 Février 2019, 01:54am

Publié par Grégoire.

Rien n'est plus désolant que ces gens qui ne disent et ne font jamais rien de « déplacé ». Ces personnes récitent leur vie comme une leçon apprise par cœur, sans jamais faire la moindre faute.

Je ne sais rien de plus sidérant que le spectacle d'un nouveau-né dans son berceau. C'est quelqu'un qui vient d'une nuit insondable et ouvre sur nous la prunelle noire de ses yeux. Je suis fasciné par la fascination qu'éprouve le nouveau-né devant le visage de sa mère, devant les sourires étrangers, mais aussi devant une simple tache de lumière, ou face à la surprise d'un bruit inconnu. Je sais que je contemple là la plus grande sagesse terrifiée de la vie. Je dis terrifiée, car tout peut écraser la vie naissante : les sorcières de la mélancolie et de la détresse se penchent sur tous les berceaux. Mais je parle de sagesse, parce que l'espérance clouée dans ce petit visage ne peut être définitivement enlevée ni effacée. Il y a une force atomique dans chaque berceau, dans chaque surgissement d'un nouvel être au monde. Et c'est avec une centrale atomique que nous produisons de la lumière. Ce n'est pas plus lourd qu'un souffle, un bébé. Mais c'est un souffle qui change tout, qui emporte tout. C'est un souffle 10 000 fois plus fort que la plus forte des tempêtes.

C.Bobin ( déc 2018)

Commenter cet article

fifi 21/02/2019 10:02

En tant que parents et grands-parents, nous avons tous assisté à ce miracle visuel du nouveau né découvrant le monde. C'est la plus grande émotion d'une vie que de vivre cela, que d'accueillir cette nouvelle vie que nous avons désirée, qui vient à travers nous et qui ouvre les yeux sur nous, sur la vie, ce petit front plissé, ce regard qui interroge : une image sacrée imprimée définitivement.
Merci pour l'image et les mots ! :-)