Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

la sensation d'une bienveillance tramée dans le tissu parfois déchiré du quotidien...

18 Octobre 2018, 01:44am

Publié par Grégoire.

la sensation d'une bienveillance tramée dans le tissu parfois déchiré du quotidien...

C’est toujours très délicat de trouver un titre à un livre, surtout à une époque où les livres sont en danger de disparaitre. Le titre c’est le visage, et pour trouvez le titre la plus part du temps je vais chercher à l’intérieur du manuscrit.

Un assassin blanc comme neige, c’est tout simplement le nom de baptême que j’ai donné à Dieu c’est à dire à celui auquel je pense quand je découvre un oiseau mort, à  celui aussi auquel je pense quand me revienne en tête les visages de mon père disparu, d’une amie sous la terre depuis une 15aine d’années, et ainsi de suite.. parce que celui qui a fait le monde, et qui n’arrête pas de le faire, de le tenir à bout de bras, à chaque seconde qui passe, c’est aussi celui qui le défait, qui le détricote; l’auteur de la vie est aussi l’auteur de la mort, et en tant que tel, il mérite aussi le nom d’assassin, mais pour être aussitôt disculpé, je le qualifie de blanc comme neige, c’est à dire, on pourrait résumé en disant c’est un assassin innocent, on pourrait dire en allant un peu plus loin, qu’il n’y a pas de mal dans la mort. 

ça va très loin de dire ça, l’intérêt de l’écriture c’est d’aller très très très loin, et d’être comme défait par sa propre pensée, ou par la saisie de quelque chose qui n’était pas prévu.. et je redis ce que je viens de dire : il n’y a aucun mal dans la mort, et aucune peur a en avoir… plus le temps passe avec son jeu d’épreuve si je puis dire, plus j’entrevois un fond d’extrême bienveillance dans le cours des choses, dessous le temps, dessous la douleur, dessous la dureté, dessous le mal, je vois, un peu comme quelqu’un qui marche dans un sous-bois, et qui n’aurait plus accès direct au soleil, mais qui en percevrait la petite monnaie de tache d’or sur les feuilles, sur le chemin, un peu partout, voir même sur ses mains ou sur son visage, je vois l’or qui est au fond, qui fait le fond même de cette vie, la substance dorée, lumineuse, qui fait le fond de cette vie, une substance, au fond qui me semble tenir en 1 seul mot, c’est celui de Bonté  … par bonté j’entend quelque chose de très précis, de très ferme, de non sentimental, de perpétuellement agissant, alors qu’on peut dans cette vie, chacun de nous peut se penser abandonné. 

Christian Bobin.

 

Commenter cet article