Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Le scandale de la miséricorde...

6 Novembre 2015, 12:36pm

Publié par Grégoire.

Le scandale de la miséricorde...

 

L’histoire de l’Église abonde tristement de cette tentation : toutes les hérésies relativisant le primat de la grâce (pélagianisme, jansénisme…), l’Inquisition, les compromissions avec le pouvoir temporel, la corruption de l’autorité des pasteurs en un pouvoir tyrannique, la séduction de la gloire humaine et de la bonne réputation…  

L’une des formes que prend aujourd’hui la tentation de diminuer la vérité est de ramener la miséricorde à une espèce de faiblesse, en considérant qu’elle relève de l’exception (la justice étant la règle). Or, l’Évangile nous montre bien que la règle, c’est la miséricorde !

La miséricorde, c’est un amour de la personne qui va jusqu’au bout sans avoir peur des persécutions, du qu’en dira-t-on ou, simplement, du désordre… C’est pourquoi les témoins de la miséricorde furent si souvent incompris, critiqués, voire combattus.

 

La miséricorde, c’est ce que proclame tout chrétien faisant le signe de Croix : prendre la place de l’autre jusqu’au bout comme si on avait commis l’acte répréhensible, accepter d’être « assis à la table des pécheurs» et d’y laisser sa peau. C’est le réalisme du lavement des pieds et du don dans l’eucharistie : un don qui est de trop, excessif, insupportable même ! Dieu, le très-haut qui se fait le Très bas, donné à tous, A TOUS, qui vient chercher en priorité ceux qui sont perdus, ce qui ne peut pas être repris, ce qui est sans espoir, sans solution, sans dignité, médiocre, nul, considéré comme déchet, mort, même néfaste à nos yeux !

"Au dernier jour, nous serons jugés sur l'amour !" dit Jean de la Croix.

La miséricorde est ainsi LA note caractéristique de toute communauté chrétienne. Ainsi, il y a deux manières de gouverner une communauté : selon le bien de chacune des personnes qui la composent, ou bien pour la propreté du tout. La première regarde l’intention profonde des personnes ; la seconde, sous prétexte de justice et de bien commun, réduit les personnes à leur actes extérieurs et se corrompt rapidement en une espèce de « tyrannie des bien-pensants ». La première est celle du Christ, la seconde celle des Pharisiens !

" le jugement sera sans miséricorde pour celui qui n’a pas fait miséricorde, mais la miséricorde se moque du jugement. Jacques 2, 13.

fr Grégoire.

Commenter cet article

Hélène 06/11/2015 17:02

« Là où il y a la miséricorde, il y a l’esprit de Jésus. Là ou il y a de la rigdité, il n’y a que ses ministres. » Saint Ambroise
Réduire la miséricorde à ce que l'on en "comprend" serait sans doute diminuer ce mystère d'amour inouï dans lequel Dieu désire nous faire entrer...Dieu ne nous a t'il pas envoyé son Fils que pour nous faire vivre de sa miséricorde?
Merci de ce texte , de ces lumières ,de ne jamais se lasser de remettre au centre de toute notre vie l'amour avant tout; cette soif de Dieu pour nous...:-)