Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Bébé Tigre.

14 Juin 2015, 05:25am

Publié par Grégoire.

Ce premier long-métrage aux accents de polar porte un regard dénué de manichéisme sur les filières d'immigration clandestine

Ce premier long-métrage aux accents de polar porte un regard dénué de manichéisme sur les filières d'immigration clandestine

 

Réfugié en France, Many est un jeune indien de 17 ans, brillant et qui voudrait devenir ingénieur. Ses notes sont bonnes et ses professeurs croient beaucoup en lui. Sur la voie d'une intégration exemplaire, il peut être fier de lui, sauf qu'il ne respecte pas la tradition, celle d'envoyer de l'argent à ses parents restés au pays. Or, en France, les enfants sont protégés et ne doivent pas travailler. La pression familiale est trop forte et il doit absolument trouver un emploi. On lui en offre un , à la limite de la légalité. Ses professeurs et l'assistante sociale découvrent ses activités et le menacent d'expulsion lorsqu'il aura 18 ans...

Comment un sujet de société méconnu et complexe devient-il un film de fiction fluide et captivant ? Dans Bébé Tigre, premier long métrage de Cyprien Vial, cela passe par un visage. Celui, souvent en gros plan, de Many, adolescent de 17 ans tiraillé entre deux pays (la France et l'Inde, où il est né), entre un monde légal (le collège, la famille d'accueil) et un autre, illicite : le travail au noir. Many est un « mineur isolé étranger ». Ou encore, comme chacun ne le sait pas, un enfant arrivé en France grâce à un passeur, sans ses parents. Lesquels, depuis l'Inde, attendent de lui, impatiemment et régulièrement, de l'argent.

Ce visage d'ado intrigue et fascine tant il exprime de fierté et de maîtrise, dans des situations inconfortables, ou bien pires. Pour satisfaire les exigences financières des siens, Many doit supplier son passeur de lui confier du travail sur des chantiers ou d'autres basses oeuvres encore moins de son âge. Par ailleurs, il réussit sa scolarité. Entretient une relation amoureuse. Fréquente, en région parisienne, la communauté sikhe de ses origines, qui inculque un courage martial aux garçons. Au prix de mensonges incessants, notamment à son éducateur et à sa famille d'accueil, il mène ses vies de front, avec détermination.

 

La sérénité apparente du garçon, la douceur du regard posé sur lui, sur sa copine et leurs camarades de classe par le réalisateur contrastent avec le sordide des faits relatés — le film s'appuie sur un long travail de documentation, commencé dans le collège de Pantin que l'on voit à l'écran. Quand le visage de Many va-t-il enfin refléter l'enfer qu'on lui fait vivre ? Un suspense se noue autour de sa relation avec son passeur, personnage ambivalent, voire séduisant, à la fois violent et protecteur, en même temps grand frère et substitut de père. Bébé Tigre devient alors un récit initiatique et, finalement, une réflexion morale et politique, montrant, en écho à son titre-avertissement, une violente sortie d'enfance. — Louis Guichard