Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Un rien décide de tout...

11 Mai 2015, 06:03am

Publié par Grégoire.

Un rien décide de tout...

"Quelques mots pleins d'ombre peuvent changer une vie. Un rien peut vous donner à votre vie, un rien peut vous en enlever. Un rien décide de tout.
[François] traîne. Il passe le temps. Quoi d'autre. La guerre ne le tente plus, le commerce ne l'attire pas. Or ce sont là les deux activités principales de l'homme sur terre, deux manières sûres d étendre son nom bien au delà de soi. Tuer sans être tué, gagner sans perdre: ces deux occupations dominent la vie. Le lien amoureux n'en est qu'une variante. Le lien amoureux est lien de guerre et de commerce entre les sexes. Ou plus exactement; il n'y a pas de lien amoureux parce qu'il n y a pas d'amour. Il n'y a pas d'amour parce que il n'y a que de l'amertume - amertume de n'être pas tout au monde (...).
Et lui François ne dit plus rien. Il chante toujours. Il chante de plus en plus.(...) il espère à présent une jouissance plus grande que celle d 'être jeune et adoré sur terre. Les semaines passent. Les fêtes se suivent et se ressemblent. Il s' en mêle encore mais, comme on dit, il n y est plus. On peut très bien faire une chose sans y être. On peut même passer le clair de sa vie, parler, travailler, aimer, sans y être jamais. 
Enfin un jour, un tendre jour de l'été 1205, il fait préparer un banquet plus somptueux encore qu' à l'ordinaire, enchanté, fastueux- le dernier du genre. Ainsi se sépare-t-il des siens, dans les nuées d'une fête, tournant vers eux son visage le plus clair, le corps déjà plus qu'à demi engagé dans la nuit.
Il ne déserte pas les noces pour se couvrir de cendres. Il ne va pas de la rosée des corps de jeunes filles à la pluie des gargouilles de cathédrales. Ce n'est pas du monde qu'il sort, c'est de lui.
Il va là où le chant ne manque jamais de souffle, là où le monde n'est plus qu une seule note élémentaire tenue infiniment, une seule corde de lumière vibrant éternellement en tout, partout."
Christian Bobin, 
Le Très-Bas .