Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Si seulement tu savais toi-même qui tu es...

28 Février 2015, 07:05am

Publié par Fr Greg.

Si seulement tu savais toi-même qui tu es...

"Si seulement tu savais toi-même qui tu es, qui tu héberges et qui t'habite, ce serait du moins un début.
Mais n'est-il pas plus honnête d'en convenir : celui ou celle que tu prétends être, et dont le nom est pour mémoire sur ta porte et tes papiers d'identité, n'existe encore que de façon rudimentaire.
Il est certain que les années t'accoucheront de quelques- uns des démons et des anges qui t'habitent et qu'il semble aujourd'hui prématuré de décliner ta propre identité.
Comment répertorier la troupe bigarrée qui te squattérise et où cohabitent, sans pacifisme aucun, les meilleurs et les pires sujets ?
Dix fois par jour ton humeur change, tes envies, tes projets, tes craintes. Le voyage que tu rêvais d'entreprendre te ronge d'angoisse depuis que les billets d'avion sont dans ta poche. C'est de solitude dont tu as envie, et de silence, mais c'est vers la rue la plus peuplée de la ville que t'entraînent tes pas. Tu te réveilles en jurant d'écrire une lettre urgente et deux semaines passent avant que la mémoire de cette urgence ne t'atteigne de nouveau en plein cœur.
Cet être que tu n'es qu'à l'essai, que tu ne connais pas encore, qui te met dans des situations abominables, t'embarque dans des mensonges alors que tu ne rêves que de transparence, te plonge tout à tout dans l'amnésie et l'obsession, te donne au Sud la nostalgie du Nord, en voyage l'impatience de rentrer et chez toi le virus de la fuite, cet inconnu qui, vingt fois par jour, t'arrache à ta lucidité pour te plonger dans des abîmes de perplexité, cet écervelé qui te sépare de la profondeur dont tu as soif pour t'installer dans la banalité que tu redoutes, qui grignote jusqu'au sang les ailes qu'hier encore tu entendais bruire dans ton dos … ce désaxé versatile qui fait régner en toi son ordre arbitraire voudrait se lier à un autre fou logé à la même enseigne que lui ...
Tant de naïveté consterne !"

Christiane Singer, « Eloge du mariage, de l'engagement et autres folies. »