Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

Une mère

3 Octobre 2014, 09:16am

Publié par Fr Greg.

Une mère

Je viens de la rencontrer dans un magasin où je cherchais des fromages et quelques autres choses à peine plus périssables que des mots ou des images. Et voici : j’ai vu une femme surchargée d’enfants. Il suffit d’un seul enfant pour vous surcharger d’enfants. Là il y en avait trois. Un grand, un moyen et un petit. Le grand (sept, huit ans) s’en allait dans le sombre d’une bouderie. Le moyen (trois, quatre ans) travaillait à se perdre dans les allées du magasin. Le petit (trois mois) dormait dans un couffin, au fond du chariot, entre bouteilles et lessives.

J’ai regardé cette femme. Dans cette vitesse du regard il y a beaucoup de lenteur, beaucoup de songes. Et voici ce que j’ai vu, que j’écris parce que c’est une des meilleures illustrations de l’art dans ces racines d’amour : cette femme, tout en cherchant les produits dont elle avait besoin sur les étagères, veillait à part égale sur les trois enfants. Son regard allait dans trois directions en même temps et sa voix passait sans cesse d’un registre à l’autre, apaisant l’enfant fâché, rappelant l’enfant perdu, berçant l’enfant endormi. Cette attention pleine donnée à chacun, c’est le plus grand art. Il surpasse en grâce tous les autres.

Ce n’est pas fini. L’histoire du magasin, ce n’est pas fini : je fais le point sur un détail de l’image, sur les mains. Cette femme, de sa main droite, se saisissait des biens  de consommation, et de sa gauche, instinctivement, imprimait un léger mouvement de va-et-vient au chariot, afin que le tout petit jouisse d’un sommeil parfait. Cette main gauche était plus fine que main de reine. Cette main instinctive qui veille sur le plus faible, cette main qui protège l’autre dans sa nuit, qui maintient la présence dans ses entours d’absence- cette main est main de l’ange.

Christian Bobin, « Donne- moi quelque chose  qui ne meure pas ».