Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
QUE CHERCHEZ-VOUS ?

C’est le silence qui transmet le mieux l’amour

17 Avril 2014, 09:09am

Publié par Fr Greg.

C’est le silence qui transmet le mieux l’amour

C’est l’Eucharistie qui vient nous introduire et nous faire vivre tout de suite du don de Jésus à la croix et de sa nouvelle présence de ressuscité. Et c’est l’eucharistie qui est la clé pour laisser ce don nous prendre ; Or St Jean ne dit rien de ce don. Rien ! Pourquoi ? Pourquoi ce silence...??

La parole permet de nommer les choses, mais elle garde un caractère universel, abstrait : on peut la répéter. Or l’eucharistie, l’offrande de la croix et la résurrection c’est un don personnel, individuel, unique, qui ne peut se dire.

Ce don c’est le testament que Jésus nous laisse comme nous a été laissé des œuvres d’art, des livres, des peintures, des musiques, des lieux incroyables… Le testament de Dieu, de l’ami divin et humain, l’héritage qui m’est remis, dont je peux user comme bon me semble, ce qui a été acquis pour moi, qui est ma propriété, mon bien propre, c’est Jésus –le Verbe- livré au Père et aux hommes. Et ça c’est mien comme quelque chose d’acquis!

Ce que Jésus réalise n’est pas dans le prolongement de l’Ancien testament, de nos désirs d’homme religieux, prudents, morals, ou pour l’épanouissement de ce qui est le plus humain en nous, ou pour épanouir toutes nos capacités. C’est quelque chose qui vient d’en haut, quelque chose de complétement nouveau et c’est pour cela que nous sommes perdus, déroutés et même scandalisés : c’est de la gratuité pure !

C’est un secret personnel, une pure attraction divine, substantielle, qu’aucun culte rite liturgique ou chant de paroisse ne pourra dire. Et de fait, ce don ce n’est pas d’abord un rite ou un culte ! C’est un pur don d’amour, silencieux. Il est là pour moi comme un nouveau soleil ou un nouveau ciel qui n’aurait pas de but en soi sinon d’être là! Et il laisse passer devant lui tous les artistes, tous les gens pieux, religieux, prudents, intellectuels : c’est un don pour les enfants, pour les simples, pour les handicapés…

C’est une rupture que Jésus réalise et qu’il réalise à travers un geste : «  Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait mis au cœur de Judas Iscariote, le dessein de le livrer, Jésus sachant que le Père lui avait tout remis entre les mains et qu’il était venu de Dieu et qu’il s’en allait vers Dieu, il se lève de table, dépose ses vêtements, et, prenant un linge, il s’en ceignit. Puis il met de l’eau dans un bassin et il commença à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint ».

Jésus –qui est le Maître, le Seigneur, Il le dit lui-même - qui est Dieu, se fait le serviteur et il lave les pieds à ses disciples. Il y a là un passage et de fait un scandale : c’est un passage, « la Pâque », celui d’une nouvelle ‘connaissance’, personnelle, intime, de Dieu dans ce geste de Jésus. Dieu qui fait le geste de l’esclave ! Voici le nouveau passage de Dieu ! C’est Dieu qui se fait totalement relatif à nous ! C’est un geste où Il se donne tout entier. C’est un geste qui est pour chacun, le geste du pardon.

Le geste manifeste un lien que l’on voudrait personnel. L'amour réclame cette sortie de soi, de nos schèmes d'homme prudent, de nos raisonnements. N’est-ce pas de découvrir que -d’une façon tangible- l’amour est au-dessus de tout ordre, parce que Dieu est amour, et il en est toujours la Source. Donc, l’amour est au-dessus de tout ! C’est l’amour qui fait connaitre, c’est l’amour qui nous fait voir Dieu, c’est l’amour qui réalise l’unité ! Et Jésus nous le fait toucher, en faisant –et c’est toujours actuel pour nous- ce geste du lavement des pieds, le geste de l’esclave. Jésus se met au service de Pierre, au service de Jean, au service même de Judas puisqu’Il veut lui pardonner. Et il lui pardonne en se faisant responsable de sa faute, comme si c’était lui-même qu’il l’avait commise !

Le pardon implique un don dans l’amour. Parce que pardonner par la parole, dire à quelqu’un : je vous pardonne, c’est relativement facile. Cela nous prend 30 secs et on oublie ! On ne s’en occupe plus, on laisse tomber pour avoir la paix. Tandis que là, le pardon dans un geste ou l’on se donne, c’est très différent. Le geste est tout à fait personnel. Toute l’Incarnation est pour le lavement des pieds. Parce que par l’Incarnation, Dieu lave les pieds de ses disciples et même de celui qui trahit, ça va jusque-là, de façon tangible.

Il y a là quelque chose que l’on doit regarder avec crainte et qui révèle la grandeur de tout amour : l’amour humain est toujours l’appel, l’attente du don personnel de Dieu pour nous ! On ne peut donc jamais formaliser, juger de l’extérieur, ou donner un ordre d’obéissance à propos d’un lien personnel ! Il n’y a rien au-dessus, car tout lien dans l’amour est un appel et touche déjà quelque chose d’éternel !

 

Et c’est le lavement des pieds a ouvert Jean à cette nouvelle relation auprès de Jésus. Dans le lavement des pieds, Jésus fait le geste de l’esclave, donc du serviteur par excellence. Par l’institution de l’Eucharistie, Jésus, par sa toute puissance, comme Il est Dieu, nous donne son Corps comme aliment sous le signe du Pain. L’aliment le plus simple, le plus commun. L’aliment c’est le serviteur du vivant. Serviteur d’une façon radicale, puisque il perd ce qu’il est, pour celui qui s’en nourrit.

Et donc, Jésus veut nous apprendre combien Il se met à notre service. C’est vrai, ce n’est plus du pain, c’est le Corps du Christ : « Ceci est mon Corps ». On comprend que c’est aller jusqu’au bout, on ne peut aller plus loin. Dieu se donne comme pain. C’est le don que seul Dieu peut faire ! C’est sa toute puissance qui est au service de son amour, elle est toujours au service de son amour.

Jean veut mettre en pleine lumière cet ordre nouveau : que Celui qui est le Maître, Celui qui est le seigneur, n’hésite pas de faire le geste de l’esclave. Donc de bouleverser cet ordre hiérarchique et de faire comprendre qu’il y a un ordre d’amour beaucoup plus profond, beaucoup plus radical, parce que au point de vue hiérarchique, ce n’est pas compréhensible ; Et on comprend la réaction de tous les talibans de l’ordre hiérarchique : non, non et non ! Ne fais pas ce geste-là, il faut que tu restes, vraiment Maître et Seigneur ! Or, Jésus nous demande de dépasser cet ordre-là, humain, pour être pris par son don. La nouvelle alliance, c'est une reprise totale dans l’amour, ou chacun, petites créatures, êtres seconds qui trouvons avec peine ce qui est à portée, sommes élevés à la dignité de Dieu! Dieu se fait pain pour qu'on 'apprenne' à nous nourrir de Lui!

 

C’est Marie, celle qui a reçu chaque initiative de Dieu comme un secret, dans l'amour, qui nous montre comment en vivre: par l'amour et la pauvreté. L'amour nous fait être accueil et don, et la pauvreté nous cache, nous garde de tout retour sur nous mêmes, nous empêche de posséder l'amour, et nous fait accepter de pouvoir être comme ignoré. L’Eucharistie, silence d’amour de Dieu pour nous, réclame cela. C’est le geste éternel -actuel- de Dieu qui est don dans tout ce qu'il est; cela c'est  ce que nous sommes en vérité. 

 

Fr Grégoire.