Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lumières

« On ne peut dire de personne qu’il soit insignifiant, puisqu’il est appelé à voir Dieu sans fin. » Marguerite Porete. Le miroir des âmes simples et anéanties.

« Âmes par âmes j'ai poursuivi mon amour, jour après jour au fond de moi-même, non comme les notes d'une mélodie sans suite, mais comme les mesures d'un infini sans mesure » Antonin Artaud 

« Dans tout ce que nous faisons nous ne faisons qu'attendre, et c'est par impatience que nous mettons, entre nous et notre attente, une poussière de volontés et de désirs, seulement par impatience »  Christian Bobin

Louise Amour

Avignon Off 2016

https://www.facebook.com/louiseamour/

L'inépuisable est à notre porte" 

Avignon Off 2015

Annecy 31 mai, Salle Pierre Lamy 20H30.

www.weezevent.com/l-inepuisable-est-a-notre-porte

https://www.facebook.com/linepuisableestanotreporte

« Je voudrais arriver à la mort aussi frais qu'un bébé, et mourir avec cet étonnement des bébés qu'on sort de l'eau. L'émerveillement crée en nous un appel d'air. L'éternel s'y engouffre à la vitesse de la lumière dans un espace soudain vidé de tout... On n’a qu’une faible idée de l’amour tant qu’on n’a pas atteint ce point où il est pur, c’est à dire non mélangé de demande, de plainte ou d’imagination.»    Christian Bobin

Du Minuscule et de L'imprévisible

Succès Avignon OFF 2014. 

https://www.facebook.com/pages/Du-minuscule-et-de-limpr%C3%A9visible/139674099540867

Pérégrinations d'un cherchant-Dieu

(Souscription terminée)

« Parti un mois à Cuba auprès d’un frère en mission, seul depuis 5 ans, je me suis retrouvé avec le handicap de ne pouvoir dialoguer. Je n’avais pas appris l’espagnol à l’école. Internet étant peu disponible, le téléphone n’en parlons pas, je me retrouvais vite comme enfermé dans une solitude nouvelle. Je me suis mis à écrire. Assez vite du reste. Je n’en avais pas le projet. C’était plus, je crois, pour pouvoir parler à quelqu’un. Un peu comme Robinson. Ce livre a été mon Vendredi…."

 " J'ai enlevé beaucoup de choses de ma vie et Dieu s'est rapproché pour voir ce qu'il se passait..." Christian Bobin

« Il y a ainsi des gens qui vous délivrent de vous-même - aussi naturellement que peut le faire la vue d'un cerisier en fleur ou d'un chaton jouant à attraper sa queue. Ces gens, leur vrai travail, c'est leur présence. Aimer quelqu'un, c'est le dépouiller de son âme, et c'est lui apprendre ainsi - dans ce rapt - combien son âme est grande, inépuisable et claire. Nous souffrons tous de cela: de ne pas être assez volés. Nous souffrons des forces qui sont en nous et que personne ne sait piller, pour nous les faire découvrir.

Bien peu de gens savent aimer, parce que bien peu savent tout perdre. Ils pensent que l'amour amène la fin de toutes misères. Ils ont raison de le penser, mais ils ont tort de vivre dans l'éloignement des vraies misères. Là où ils sont, rien ni personne ne viendra. Il leur faudrait d'abord atteindre cette solitude qu'aucun bonheur ne peut corrompre. » Christian Bobin, la femme à venir.

J’ai lu plus de livres qu’un alcoolique boit de bouteilles, mais je n’ai commencé à comprendre quelque chose de la vie que lorsque j’ai vu que le mur qui s’élève chaque jour en face de nous est infranchissable. Je revenais d’Autun, le cœur léger, aérien....

" L’amour est là devant le pire, confronté à son propre mystère : qu’aimons-nous dans ceux que nous aimons ? Leur force – mais quand ils n’en ont plus ? Leur charme – mais quand il les a désertés ? Leur parole – mais quand elle est détruite ? Qu’est-ce...

Je voyage désormais avec mes morts. J’ai leur nom sur le bout de ma langue, j’ai leurs mains posées sur mes mains, j’ai leur goût de vivre qui monte à mes yeux comme du champagne. Voici donc le récit d’une journée ordinaire passée sur terre dans l’éternel,...

Ma main droite vole le long de la bibliothèque comme une hirondelle remontant le long d’un mur. Prendre un livre entre ses mains est un des gestes les plus tendres de cette vie, presque aussi tendre que serrer la main abandonnée, devenue nuage au bord...

Oh la merveilleuse vie crucifiée des épouvantails ! Leurs bras grands ouverts, leur chapeau troué par les balles du soleil, leur indifférence aux modes et aux déluges ! Un idéal de vie et d’écriture. Jean-Baptiste Chassignet écrit à 22 ans Le Mépris de...

Un médecin s’était fait un bureau portatif dans le couloir de l’hôpital. Plusieurs fois par jour, assis sur un tabouret devant une table roulante, il scrutait des chiffres sur un écran dont le sang bleu semblait celui d’un fantôme. On ne pouvait alors...

Et ce fut à cet âge... La poésie vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d'où elle surgit, de l'hiver ou du fleuve. Je ne sais ni comment ni quand, non, ce n'étaient pas des voix, ce n'étaient pas des mots, ni le silence: d'une rue elle me hélait,...

"L'amitié vit par elle-même et par elle seule ; libre dans sa naissance, elle le demeure dans son cours. Son aliment est une convenance immatérielle entre deux âmes, une ressemblance mystérieuse entre l'invisible beauté de l'une et de l'autre, beauté,...

Je veux de l'inconfort, Du vertige. Je veux du désaccord, Des débats à n'en plus finir. Je veux du partage, Fuir la frilosité de la propriété. Je veux du mélange, Des arcs-en ciel de peau humaine. Je veux du changement, Et pas ce quotidien qui éteint....

Les Racines du ciel Émission du 9 juin 2013 par Frédéric Lenoir et Leili Anvar sur France Culture. Annick de Souzenelle, auteur et conférencière, ancienne infirmière anesthésiste, elle a fait des études de mathématiques, de théologie chrétienne orthodoxe...

« Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides et qui, ayant tout, disent avec une bonne figure, une bonne conscience : "Nous, nous qui avons tout, on est pour la paix", je sais que je dois leur crier à ceux-là,...

Toutes ressemblances avec des personnes existantes ou ayant existé seraient purement fortuites... Des haciendas du Yucatan aux excentriques de Los Angeles en passant par les copistes du Louvre ou les jardins, ce photographe se laisse guider par une envie...

Un dimanche au Brompton Oratory, deux heures de "spectacle" au milieu des ors et de la pompe londonienne catholique; lectures et chants en latin, je ne comprends rien, je cherche le Christ derrière les volutes d'encens, je ne le vois pas, je ne l'entends...

280 personnes à Annecy mardi 1er mai. Comment résister à la prometteuse invitation de quelqu’un qui soutient que “l’inépuisable est à notre porte” ? N’y a-t-il pas, bien vivant en chacun de nous, un instinct de sublimation que nous n’osons revendiquer,...

Un bol de thé à la main, je monte au grenier chercher une phrase dont je ne me souviens qu'à moitié. Les livres sont en piles. J'en ouvre plusieurs. L'un d'eux me chuchote quelque chose d'incroyable. Je lis accroupi comme l'enfant devant l'escargot. Le...

Que vous soyez fier comme un coq Fort comme un bœuf Têtu comme un âne Malin comme un singe Ou simplement un chaud lapin Vous êtes tous, un jour ou l'autre Devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche Vous arrivez à votre premier rendez-vous Fier comme...

Certaines revendications de liberté sont immatures et pulsionnelles : faire enfin ! ce que l’on veut, être délivré de toute contrainte. Certaines aspirations sont légitimes mais secondaires : avoir un choix plus large, avoir les moyens de s’exprimer qui...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>